corentino

Je n'ecris pas ces immondes critiques de cinéma

À la recherche du trou noir de la Voie lactée – observation du ciel

Lorsque nous regardons le ciel austral près de l’horizon les soirs d’été, nous regardons vers le centre de notre galaxie, la Voie lactée.

Il se cache à quelque 30 000 années-lumière derrière les étoiles qui composent la constellation du Sagittaire, le Sagittaire. Cependant, grâce à notre position dans le disque de notre galaxie, notre vue est obscurcie par d’énormes nuages ​​d’étoiles, de gaz et de poussière.

Nos premières images du centre de la Voie lactée ont été obtenues par des radiotélescopes, qui nous montrent à quoi ressemblerait l’univers si nous pouvions voir des ondes radio au lieu de la lumière. Ils ont découvert une source radio étrange, brillante et inhabituellement petite.

Les mesures des vitesses des étoiles en orbite autour du centre de notre galaxie indiquent qu’au même endroit que la source radio brillante se trouve quelque chose de très massif, de très petit et d’énergétique. Le meilleur candidat pour expliquer cela est un trou noir.

Les ondes radio ont la capacité de pénétrer les nuages ​​et la poussière, c’est pourquoi le radar est très utile pour la navigation, repérer les menaces et éviter les dangers la nuit ou par mauvais temps. Cependant, les ondes radio ont un pouvoir de pénétration plus important car elles sont beaucoup plus longues que les ondes lumineuses. Cela signifie que pour voir les détails lors de l’observation aux longueurs d’onde radio, nous devons utiliser d’énormes antennes.

Pour avoir la même capacité de discernement des détails que l’œil humain, l’antenne doit mesurer environ un kilomètre de diamètre. De plus, les trous noirs sont petits selon les normes cosmiques et à de grandes distances, donc pour discerner n’importe quel détail, un radiotélescope aurait besoin d’une antenne de la taille de la Terre.

READ  Meilleure offre Premier vol de Blue Origin 2,6 millions de dollars et escalade

Cela semble impossible, mais il existe une solution, une technique appelée « interférométrie fondamentale ultra-longue ».

Dans les années 1960, le Canada a été le premier pays à combiner avec succès des radiotélescopes distants de milliers de kilomètres pour pouvoir discerner en détail un radiotélescope de milliers de kilomètres de diamètre.

Cette procédure a rendu possible un nouvel instrument astronomique puissant, le télescope Event Horizon (EHT).

Plusieurs radiotélescopes, distants de milliers de kilomètres, travaillent ensemble pour surveiller le centre de la Voie lactée en même temps. L’un d’eux est le Atacama Large Millimeter Array, situé au Chili, dont le Canada est un partenaire. De plus, des universitaires sont impliqués dans plusieurs universités canadiennes.

La collaboration porte le nom de la frontière qui se forme autour des trous noirs, appelée horizon des événements. C’est une frontière à sens unique dans l’espace-temps – les choses peuvent tomber mais rien, pas même la lumière, n’en sort. C’est pourquoi on les appelle des trous noirs.

Cependant, même si nous ne pouvons pas voir directement les trous noirs, nous pouvons certainement voir un disque de matériaux en orbite autour des trous noirs lorsqu’ils sont aspirés. Ces choses deviennent très chaudes et ont des champs magnétiques intenses piégés à l’intérieur, de sorte que le trou noir s’annonce avec des émissions radio et de rayons X à partir de ce disque.

La première cible du télescope Event Horizon était la galaxie M87, située à environ 55 millions d’années-lumière. En son centre, un trou noir supermassif, a longtemps été soupçonné d’avoir une masse d’environ 5 milliards de fois la masse du Soleil. L’EHT nous a donné notre première image de ce trou noir.

READ  Là où la nourriture rencontre le méthane et le réchauffement climatique

Ensuite, les radiotélescopes EHT ont été allumés au centre de notre galaxie et ont obtenu notre première image d’un trou noir. Heureusement pour nous, ils sont beaucoup moins intenses et énergiques que ceux du Centre M87. Sa masse est de quatre millions de fois la masse du Soleil, et il est relativement petit.

Nous pensons que la plupart des galaxies spirales ont de grands trous noirs dans leur noyau. Il n’est pas clair si les galaxies les obtiennent lorsqu’elles se forment ou apparaissent plus tard. Cependant, en apprendre davantage sur leurs rôles dans les galaxies devrait nous en dire plus sur la façon dont les galaxies se sont formées et ont évolué jusqu’au point où les étoiles et les planètes ont évolué, et parce que nous vivons dans une, il serait bon de le savoir.

•••

• Vénus, Jupiter, Mars et Saturne s’alignent toujours dans la lueur de l’aube, afin de réduire la luminosité.

• La nouvelle lune sera le 30 mai.

Cet article a été écrit par ou au nom d’un chroniqueur extérieur et ne reflète pas nécessairement les vues de Castanet.