corentino

Je n'ecris pas ces immondes critiques de cinéma

Airbus revient à la couleur noire mais anticipe des perturbations à l’avenir

Paris: Airbus a renoué avec les bénéfices au cours des trois premiers mois de cette année alors que les mesures de réduction des coûts et de restructuration commençaient à porter leurs fruits, mais il a averti que la crise provoquée par la pandémie COVID-19 était loin d’être terminée.

L’avionneur européen a déclaré dans un communiqué avoir réalisé un bénéfice net de 362 millions d’euros (440 millions de dollars américains) sur la période janvier-mars, contre une perte de 481 millions d’euros l’année précédente.

Le chiffre d’affaires consolidé du premier trimestre est stable à 10,5 milliards d’euros.

Le PDG Guillaume Faury a salué le lancement de vaccins contre le COVID-19 et a relevé des «signes encourageants» d’augmentation du trafic aérien aux États-Unis et en Chine.

«Le premier trimestre montre que la crise n’est pas encore terminée dans notre industrie et que le marché reste incertain», a déclaré Fury, notamment le manque de coordination sur les restrictions de voyage en Europe et la hausse continue des décès et des cas de virus en Europe. Inde. .

« Nous sommes toujours confrontés à des incertitudes qui conduisent à l’imprévisibilité », a déclaré Fury lors d’une conférence téléphonique, ce qui signifie que « nous considérons que la voie de la reprise ne sera pas nécessairement linéaire ».

Cependant, il a dit qu’il y avait eu un certain nombre de développements positifs.

«Les bons résultats du premier trimestre reflètent principalement les performances de livraison des avions commerciaux, la maîtrise des coûts et de la trésorerie, les progrès du plan de restructuration, ainsi que les contributions positives des hélicoptères, de la défense et des activités spatiales», a déclaré Fawry.

READ  Ce que les enregistrements persistants du rover disent du son sur Mars

Airbus a déclaré avoir livré un total de 125 avions commerciaux au cours de la période de trois mois, contre 122 avions un an plus tôt, dont neuf A320, 105 de la famille A320, des A330 et 10 A350.

Pour l’avenir, la société a déclaré qu’elle s’était engagée à respecter ses prévisions précédentes d’une livraison d’avions fixes de 566 avions pour l’ensemble de 2021 – le même nombre qu’en 2020 – et d’un bénéfice d’exploitation de base de 2 milliards d’euros.

Lire: Boeing annonce une autre perte, indique un «  point d’inflexion  » en 2021

Lire: Airbus fait basculer l’industrie des pièces aéronautiques

Le statut de livraison est un indicateur critique car les clients ne livrent la majeure partie des paiements qu’à la réception effective de l’avion.

Il est également devenu un indicateur de la fin de la crise dans le secteur. Airbus et son rival Boeing ont accumulé une accumulation d’avions non livrés, car les compagnies aériennes qui ont dû fermer la plupart de leurs appareils ont retardé les livraisons.

Malgré l’avertissement d’une période de turbulence à venir, Airbus connaît actuellement au moins 2021 une année plus douce que Boeing, qui au premier trimestre a perdu de l’argent pour le sixième trimestre consécutif alors que des problèmes de production ont affecté les revenus du géant américain du transport aérien pour avoir enregistré une perte de 537 millions de dollars en Premièrement, par rapport à une perte de 641 millions de dollars pour la même période en 2020.

Le virus Covid-19 contrôle la limite de vitesse

READ  Les vaccinations s'accélèrent en France après l'annonce du "permis sanitaire" de Macron

Airbus a déclaré que le chiffre d’affaires de ses divisions défense et spatial était stable sur la base du même trimestre en 2020, et a montré que le bénéfice d’exploitation ajusté des activités d’avions commerciaux avait triplé à 533 millions d’euros contre 191 millions d’euros 12 mois plus tôt, ce qui, selon elle, reflète principalement. Il se concentre sur le coût et l’impact positif de la couverture de change.

Le groupe commence également à voir des économies commencer à se liquider grâce à un plan de suppression de 15 000 emplois annoncé l’année dernière dans le cadre d’une restructuration en profondeur, bien qu’il n’y ait pas de licenciements forcés dans leurs principaux sites en France, en Allemagne ou en Espagne.

Cependant, le directeur financier Dominic Assam a déclaré: « Le plein impact de ces économies est encore à venir. »

Un signe de la façon dont le secteur continue de faire face aux effets de la pandémie est le fait qu’Airbus n’a enregistré que 39 commandes totales au premier trimestre, contre 356 à la même période l’an dernier. Il a également signalé 100 annulations de compagnies aériennes touchées par le tourbillon COVID-19.

En mars, environ 10 000 appareils sont restés stationnés dans le monde contre environ 22 000 en vol, selon le suivi spécialisé du Cirium.

Fawry a noté que la capacité de réserve reste un problème et que l’IATA s’attend à ce que la rentabilité reste négative pour 2021.

L’Association du transport aérien international (IATA) s’attend à ce que les pertes cumulées des compagnies aériennes atteignent 47,7 milliards de dollars cette année, contre une prévision précédente de 38 milliards de dollars.

READ  Les scientifiques ont découvert une fissure majeure dans le dernier bastion de glace de mer épaisse dans l'Arctique

Les actions d’Airbus ont augmenté de 2,1% dans l’après-midi à Paris, affichant des gains annuels d’environ 13%.