corentino

Je n'ecris pas ces immondes critiques de cinéma

Ambassadeur de France en Australie de retour à AUKUS | Nouvelles

L’Australie affirme que l’action française aidera à rétablir les liens entre les problèmes liés à l’accord sur les sous-marins annulé.

Les ministres du gouvernement australien ont salué la décision de la France de renvoyer son ambassadeur à Canberra, affirmant espérer que les deux pays pourront réparer les dommages causés par l’annulation de l’accord sur les sous-marins.

“Nous accueillons à nouveau l’ambassadeur de France à Canberra et nous pouvons aller au-delà de nos dernières déceptions”, a déclaré jeudi le trésorier Josh Friedenberg à Nine Network TV.

“La France et l’Australie partagent de nombreux intérêts communs, notamment en travaillant ensemble dans les régions”, a-t-il déclaré. “Nous espérons donc pouvoir remettre cette relation sur les rails.”

Paris a rappelé ses ambassadeurs de Washington et de Canberra le mois dernier, lorsque l’Australie a annulé un accord de 90 milliards de dollars (66 milliards de dollars) avec la France pour construire 12 sous-marins diesel-électriques conventionnels.

Dans le cadre d’une alliance impliquant le Royaume-Uni, l’Australie achètera à la place huit sous-marins à propulsion nucléaire construits avec la technologie américaine.

La France a rapidement rapatrié son ambassadeur aux États-Unis, allié de l’OTAN. Mais il a également rompu les liens avec l’Australie.

Le Premier ministre australien Morrison a déclaré mardi que le président français Emmanuel Macron n’accepterait pas son invitation.

Le ministre du Commerce, Don Tehan, a été saisi par les autorités françaises alors qu’il se trouvait à Paris cette semaine.

Les négociations sur un accord de libre-échange entre l’Australie et l’Union européenne prévues ce mois-ci ont également été reportées à novembre.

Des questions ont été soulevées quant à savoir si Bernd Lange, un législateur allemand et président de la commission parlementaire européenne sur le commerce international, peut faire confiance à l’Australie.

READ  La réponse du pays à la Cornouailles est dans le coin sans nom de la France

En tant que creuset, le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Trian Paris a déclaré mercredi devant une commission parlementaire qu’il renverrait son ambassadeur à Canberra.

Mais il n’a pas fixé de date.

“J’ai maintenant dit à notre ambassadeur de retourner à Canberra avec deux voyages”, a déclaré Le Trian. “Aidez-nous à redéfinir les termes de notre relation avec l’Australie à l’avenir et à protéger nos intérêts en mettant fermement en œuvre la décision australienne de finaliser le plan des futurs sous-marins.”

Le Trian a déclaré que Paris avait entièrement reconsidéré ses relations bilatérales avec l’Australie, car l’accord sur les sous-marins faisait partie de cette stratégie plus large.

“Recommencer nos relations bilatérales n’aura aucun impact sur notre détermination à continuer de nous engager dans le Pacifique”, a-t-il déclaré.

On ne sait pas encore combien il en coûtera à l’Australie pour finaliser l’accord, qui a été signé en 2016.

L’Australie a déjà dépensé 2,4 milliards de dollars (1,8 milliard de dollars) pour le projet.

Le ministre australien des Affaires étrangères, Maurice Payne, a déclaré qu’il considérait le retour de l’ambassadeur comme un signe positif.

“Nous travaillerons avec la France pour faire avancer nos relations. Nous reconnaissons que cela nécessitera du temps et un engagement continu suite à la décision de notre sous-marin”, a-t-il déclaré dans un communiqué.

“L’arrivée de l’ambassadeur est une étape bienvenue dans ce processus.”

Le ministre australien de l’Agriculture, David Little Proud, s’est dit « ravi » de la décision française.

“Nous comprenons leur frustration, mais à un moment donné, nous devons aller de l’avant et nous espérons que l’accord de libre-échange avec l’UE sera un bon moment”, a déclaré Little Proud aux journalistes.

READ  Peu importe la dette en Grèce ou en Italie, c'est la France qui entre en crise

“Après la déception, ils comprennent que nous devons aller de l’avant et travailler ensemble”, a-t-il ajouté.