corentino

Je n'ecris pas ces immondes critiques de cinéma

Benny Oleksiak poursuit l’histoire olympique canadienne après avoir atteint la finale du 200 m nage libre

Penny Oleksiak nagera pour l’histoire olympique canadienne mercredi après s’être qualifiée pour la finale du 200m nage libre féminin.

Si la nageuse torontoise de 21 ans monte sur le podium, il s’agira de sa sixième médaille olympique, la plus élevée de tous les athlètes canadiens aux Jeux d’été. Elle en a remporté quatre lors de ses premiers Jeux olympiques en 2016 à Rio – une d’or, une d’argent et une de bronze – et a cimenté l’équipe féminine de relais 4×100 nage libre à une médaille d’argent plus tôt lors de ces Jeux olympiques.

Oleksiak a terminé quatrième dans ses séries à 1 minute 56,39 secondes et 1,57 secondes derrière la gagnante Ariarn Titmus, la star australienne qui a remporté l’or au 400 mètres nage libre dimanche. Le temps d’Oleksiak était le sixième plus rapide des huit qui ont avancé.

L’adolescente canadienne Summer McIntosh a terminé cinquième en demi-finale et ne s’est pas qualifiée pour la finale. L’athlète de 14 ans originaire de Toronto était en dehors du top huit avec un temps de 1:56.82.

Sydney Bikrim a terminé la première session de la journée dans la piscine canadienne avec une place dans la finale du 200 m quatre nages féminin.

Regarder | Beni Oleksiak se qualifie pour la finale du 200m nage libre :

Trouvez du streaming en direct, des vidéos à voir absolument, des actualités de dernière minute et plus encore dans un package parfait pour les Jeux olympiques. Prendre la relève d’Équipe Canada n’a jamais été aussi facile ou excitant.

Plus de Tokyo 2020

Benny Oleksiak, de Toronto, s’est qualifié pour la finale du 200m nage libre féminin avec le sixième temps le plus rapide en qualification, tandis que son compatriote torontois Summer McIntosh n’a pas réussi à se qualifier. 12:54

READ  Khabib Nurmagomedov confirme avoir refusé l'offre de combattre Georges St-Pierre

La performance des Oleksiaks à Rio il y a cinq ans a catapulté le jeune de 16 ans au rang de vedette sportive canadienne. Mais la pression est parfois devenue trop forte pour Alexiak. Dans les années qui ont précédé Tokyo, elle ne nageait pas à son meilleur et a parlé de l’anxiété qu’elle ressentait à propos de la compétition.

Mais aux Canadiens en juin, Oleksiak a nagé son temps le plus rapide au 100 m libre depuis sa médaille d’or à l’épreuve de Rio.

Après cette course en juin, Oleksiak s’est rendu sur Instagram et a publié “Back Me Again”.

Il y a deux semaines à Vancouver, au camp d’entraînement de natation d’Équipe Canada à Vancouver, Oleksiak a dit qu’elle se sentait comptée pour venir à Tokyo.

“Si vous me connaissez, vous savez que je serai bonne pour les Jeux olympiques”, a-t-elle déclaré.

Le Macintosh d’été du Canada examine ses résultats dans la demi-finale du 200 m nage libre féminin, mardi à Tokyo. (Frank Jean/La Presse Canadienne)

Bikrim, d’Halifax, s’est retirée de la course intramusculaire féminine de 400 m il y a quelques jours à peine en raison d’une maladie non liée à COVID-19.

Mais mardi, Bikrim a réussi à se frayer un chemin jusqu’à la finale en nageant en 2:09,94. Il a réalisé le sixième temps le plus rapide en demi-finale.

Bikrim a remporté trois médailles de bronze aux derniers championnats du monde, dont une dans le 4x100m quatre nages féminin qui a établi un record canadien. Cet événement continue de venir aux Jeux olympiques.

Bikrim détient le record canadien du 200m féminin avec un temps de 2:08.61. Elle s’est classée sixième à Rio dans cette épreuve.