corentino

Je n'ecris pas ces immondes critiques de cinéma

Célébrations alors que la Norvège met fin aux restrictions COVID-19

La police norvégienne a signalé dimanche des dizaines de troubles et d’affrontements violents, y compris des bagarres de masse, dans les grandes villes du nord du pays après des rues, des bars, des restaurants et des discothèques remplis de personnes célébrant la fin des restrictions de Covid-19 qui durent depuis plus d’un année.

Le gouvernement norvégien a soudainement annoncé vendredi que la plupart des restrictions restantes sur le coronavirus seront levées à partir de samedi et que la vie dans le pays de 5,3 millions de personnes reviendra à la normale.

L’annonce inattendue du Premier ministre sortant Erna Solberg que les restrictions sur les coronavirus seraient abandonnées le lendemain a surpris de nombreux Norvégiens et a conduit à des scènes chaotiques dans la capitale, Oslo, et ailleurs dans le pays.

“561 jours se sont écoulés depuis que nous avons pris les mesures les plus sévères en Norvège en temps de paix”, a déclaré Solberg vendredi lors d’une conférence de presse. Il est maintenant temps de reprendre une vie quotidienne normale.

Les célébrations rugissantes de centaines de citoyens à travers la Norvège ont commencé samedi après-midi et se sont poursuivies jusqu’aux premières heures de dimanche. La police a déclaré que des troubles avaient été signalés à plusieurs endroits, dont la ville méridionale de Bergen et la ville centrale de Trondheim, mais la situation était pire à Oslo.

De longues files d’attente ont été observées devant les boîtes de nuit, les bars et les restaurants d’Oslo samedi soir et la police a enregistré au moins 50 combats et agitations au cours de la nuit. Aucun certificat de vaccination ou résultat de test négatif n’est requis pour entrer dans de tels endroits en Norvège.

READ  L'eau du lac Tahoe chute à cause de la sécheresse et du changement climatique

“C’est exactement ce à quoi je m’attendais”, a déclaré au journal norvégien VG, le directeur de la discothèque d’Oslo, en colère, Johan Hoegh Hans. “C’était une situation mettant la vie en danger dans la ville parce qu’ils (le gouvernement) ne nous ont pas donné un préavis d’au moins quelques jours. C’était une situation grave, car la police a déclaré que tous les endroits étaient surpeuplés.”

Entre autres incidents, les médias norvégiens ont rapporté que la police avait reçu une alerte concernant un homme portant une machette dans un bus à Oslo et des personnes évanouies en attendant d’entrer dans les bars de Trondheim.

“Il y avait une charge de travail beaucoup plus importante (samedi) que pendant l’été”, a déclaré le porte-parole de la police d’Oslo, Ron Hekkelstrand, à la chaîne publique norvégienne NRK. “Il y avait déjà beaucoup de monde dehors dans l’après-midi et cela a continué dans la nuit.”

Solberg a répondu aux critiques concernant la décision soudaine de rouvrir la société en déclarant que les experts norvégiens de la santé soutenaient la mesure.

“Nous n’aurons pas de mesures strictes (concernant le coronavirus) à moins qu’elles ne soient justifiées professionnellement. Les gens devraient être autorisés à vivre à leur guise”, a déclaré Solberg à VG samedi soir.

La Norvège est le deuxième pays nordique à lever les restrictions liées au COVID-19 après le Danemark le 10 septembre.

Plus de 76% de la population norvégienne a reçu une seule dose du vaccin, et près de 70% ont reçu les deux injections, selon les chiffres officiels.