corentino

Je n'ecris pas ces immondes critiques de cinéma

Cette banane a donné aux agriculteurs un pesticide appelé chlordécon qui provoque le cancer. La France va désormais les dédommager

Les fonctionnaires français qui ont été intoxiqués par un pesticide cancérigène pourraient être indemnisés d’ici la fin de l’année, a déclaré dimanche un ministre du gouvernement.

Le ministre français de l’Alimentation et de l’Agriculture, Julian Denormondy, a déclaré que l’arrêté reconnaissant le cancer de la prostate en tant que maladie professionnelle causée par un produit chimique appelé chlordécon serait publié « d’ici la fin de cette année ».

Le chlordegon a été interdit en France en 1990, et jusqu’en 1993, il a été interdit d’utiliser le produit chimique dans les bananeraies des Antilles françaises.

En conséquence, plus de 90 pour cent des adultes en Guadeloupe et en Martinique seraient contaminés par des pesticides, selon l’Agence française de santé publique.

Pourquoi maintenant?

Les départements français des Affaires étrangères de Guadeloupe et de Martinique ont la plus forte incidence de cancer de la prostate au monde.

Un rapport publié par l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM) en juin a confirmé le lien entre le chlordégone et le cancer, ce qui « illustre l’hypothèse forte d’un lien entre l’exposition au chlordégone et le risque prostatique dans la population générale ».

Une étude de 2010 sur l’exposition à la chlorhexidine et le cancer de la prostate a révélé que le pesticide continuait d’avoir un impact sur les habitants des Antilles françaises car il ne se décomposait pas avec le temps, même après son interdiction.

« Le sol et l’eau pollués en permanence sont la principale source de contamination des aliments, et les humains continuent d’être exposés à ce produit chimique », indique l’étude.

READ  Succès pour les camionnettes mobiles fournissant des services importants

« Il existe depuis longtemps une demande légitime des experts pour que le cancer de la prostate soit reconnu comme une maladie professionnelle liée à l’utilisation de produits, notamment le chlortecon », a déclaré dimanche Denormandi sur France 3.

Qu’est-ce qui va changer ?

En qualifiant le cancer de la prostate de maladie professionnelle, les victimes, les survivants et leurs familles auront droit à une indemnisation.

« Le gouvernement investit dans la réparation de l’environnement pollué par le chlorgon. Il s’agit d’un projet de 92 millions de yens que nous utilisons », a déclaré Tenormandi.

L’histoire de Chlordegon a façonné les réponses publiques récentes aux restrictions COVID-19 dans les Antilles françaises.

La frustration suscitée par l’utilisation abusive par le gouvernement du pesticide toxique a conduit à une méfiance généralisée à l’égard des directives sanitaires, aboutissant à de violentes manifestations en Martinique au début du mois.

De nombreux insulaires ne soutiennent pas l’idée que les agents de santé devraient être vaccinés, tandis que le passeport COVID, qui empêche les personnes non vaccinées d’entrer dans les bars et les restaurants, s’est avéré impopulaire.