corentino

Je n'ecris pas ces immondes critiques de cinéma

Des milliers de personnes manifestent en France pour exiger une action réelle sur le changement climatique

Environ 160 manifestations appelant à une action substantielle sur le changement climatique sont prévues dans toute la France dimanche, la veille du rejet par le Sénat d’un projet de loi qui consacrerait l’engagement de «protection de l’environnement et de la diversité biologique» dans la Constitution française.

Président Emmanuel Macron La promesse d’inscrire la lutte contre le changement climatique dans la constitution française par le biais d’un référendum était discutable dimanche alors que les sénateurs semblaient prêts à torpiller le plan.

L’initiative stipule dans la constitution que France «Il garantit la protection de l’environnement et de la biodiversité, et lutte contre le changement climatique» a grandi en tant que citoyen créé par Macron l’année dernière.

Cherchant à prendre le dessus sur ce qui serait un enjeu majeur lors des élections de l’année prochaine, le président a promis de tenir un référendum sur le projet de loi s’il était approuvé par les deux chambres du parlement.

L’Assemblée nationale, où Macron est majoritaire, a voté à une écrasante majorité en faveur de la révision en mars.

Mais lundi, le projet de loi ira au Sénat, où les républicains de droite ont la majorité.

Pierre-Alexandre Inglide, député à l’Assemblée nationale du parti de Macron, a accusé dimanche LREM d’avoir décidé de « vider le projet de loi de son essence ».

Il a averti dans l’hebdomadaire JDD que les changements « empêcheront l’accord », car en droit français, un référendum ne peut être organisé que s’il est approuvé par les deux chambres du parlement sous une forme identique.

Le bureau de Macron a répondu en disant à l’AFP que le plan de changement de constitution « n’était en aucun cas enterré ».

READ  Seattle Seahawks vs Jacksonville Jaguars 31/10/21 Choix, cotes, prédictions NFL » Sports Chat Venue

Mais une majorité de sénateurs s’opposent au mot «garantie» dans le projet de loi, qui, selon eux, signifie que les préoccupations environnementales auront préséance sur les autres principes constitutionnels.

Pendant ce temps, le JDD a affirmé, dans un article séparé citant des sources anonymes, que Macron avait déjà abandonné l’idée d’un référendum avant même le vote du Sénat.

La condamnation de ses opposants politiques a été rapide, le président du Parti vert Julian Bayou affirmant que Macron « comme d’habitude a fait une promesse qu’il ne peut pas tenir ».

Le sénateur de centre-droit Bruno Rettaio a déclaré que Macron était coupable « d’hypocrisie », affirmant que le président « nous accuse d’entraver la justification de l’annulation d’un référendum qu’il n’a jamais voulu ».

Le représentant vert Matteo Orville a déclaré que le gouvernement avait refusé de négocier avec le Sénat, « manœuvrant ainsi pour que le processus n’aboutisse pas ».

Le dernier référendum a eu lieu en France en 2005, lorsque les électeurs ont été invités à soutenir la rédaction d’une constitution européenne.

Il a été rejeté dans une défaite humiliante pour le président Jacques Chirac.

(AFP)