corentino

Je n'ecris pas ces immondes critiques de cinéma

Dominion poursuit les diffuseurs pro-Trump pour des allégations de fraude

Phoenix – Dominion Voting Systems, le fabricant de machines à compter les votes, a déposé mardi des poursuites en diffamation contre des radiodiffuseurs de droite et un allié de premier plan de Donald Trump pour leurs allégations infondées selon lesquelles les élections de 2020 ont été entachées de fraude.

Les poursuites distinguent Newsmax, One America News, leurs dirigeants et l’ancien PDG d’Overstock.com, Patrick Byrne. Dominion affirme que leurs fausses allégations selon lesquelles la société a truqué l’élection du président Joe Biden lui ont coûté 1,6 milliard de dollars en pertes de bénéfices, de valeur de l’entreprise et de dommages à la réputation.

“Nous déposons ces trois cas aujourd’hui parce que les accusés nommés ne montrent aucun remords ni aucune indication qu’ils ont l’intention d’arrêter de diffuser de la désinformation”, a déclaré le PDG de Dominion, John Paulus, dans un communiqué.

Dominion a déposé des poursuites en diffamation plus tôt cette année contre Fox News et ses alliés de Trump Rudy Giuliani, Sidney Powell et Mike Lindell, PDG de MyPillow.

Dominion, l’un des principaux fournisseurs de machines et de logiciels de comptage des voix du pays, a été confronté à une avalanche d’allégations d’alliés et de partisans de Trump, notamment selon lesquelles la société a été créée au Venezuela pour truquer les élections du défunt dirigeant Hugo Chavez et qu’elle avait le capacité. pour changer de son.

Dominion dit qu’OAN et Newsmax ont fait la promotion des fausses déclarations pour augmenter leurs profits aux dépens de Dominion.

Les forces de l’ordre et les efforts électoraux, y compris le procureur général de Trump, Bill Barr, ont affirmé qu’il n’y avait pas assez de fraude électorale pour affecter les résultats.

READ  Police: 2 suspects arrêtés dans un incendie de forêt à Los Angeles

Byrne et le fondateur d’OAN, Charles Hering, n’ont pas immédiatement répondu aux messages sollicitant des commentaires.

Le porte-parole de Newsmax, Brian Peterson, a déclaré que la couverture par la société des élections de 2020 était basée sur des allégations faites par le président, ses conseillers et des membres du Congrès.

“L’action du Dominion aujourd’hui est une tentative apparente d’étouffer de tels rapports et de saper la liberté de la presse”, a déclaré Peterson dans un communiqué.