corentino

Je n'ecris pas ces immondes critiques de cinéma

Emmanuel Macron: L’inflation française augmente à nouveau alors que le coût de la vie augmente | Monde | nouvelles

Des millions de familles françaises sont aux prises avec une grave crise du coût de la vie et une hausse des prix en Europe et dans certaines des plus grandes économies du continent. Mais la situation s’est aggravée en France, avec une inflation qui a de nouveau augmenté en juillet à 6,1% contre 5,8% en juin, selon l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) basé à Paris.

L’Office national de la statistique attribue cette hausse à « une accélération des prix des services par rapport à l’été, de l’alimentation et – dans une moindre mesure – des produits manufacturés ».

Sur une base annuelle, les prix alimentaires ont augmenté de 6,7% contre 5,8% il y a un mois.

Les prix des produits manufacturés ont augmenté de 2,7% en glissement annuel, tandis que les prix des services ont augmenté de 3,9% en glissement annuel, contre 3,3%.

Mais dans un signe positif, les prix de l’énergie ont chuté « fortement » en juillet – maintenant seulement 28,7% de plus qu’il y a un an, contre 33,1% en juin.

La baisse a été attribuée aux « prix des produits pétroliers » qui n’ont cessé de baisser en France tout au long du mois.

Cependant, les experts ont averti que les prix quotidiens globaux continueront d’augmenter, au moins pour les deux prochains mois.

Dans son dernier rapport économique de fin juin, l’Insee s’attendait à ce que les prix continuent d’augmenter en glissement annuel « moins de 7% en septembre ».

Selon les experts, l’inflation devrait légèrement baisser à 5,5 % cette année, contre seulement 1,6 % en 2021.

READ  Saint-Etienne a attaqué le marché à la recherche d'un acheteur

Lire la suite : Ukraine Live : Poutine « pessimisme croissant »

Cependant, selon les derniers chiffres d’Eurostat, l’inflation en France est toujours inférieure à celle de certains pays voisins de l’UE.

L’inflation annuelle a atteint 10,5 % en Belgique, l’Espagne à 10 %, l’Autriche à 8,7 %, l’Italie à 8,5 % et l’Allemagne à 8,2 %.

L’Allemagne, qui abrite la plus grande économie de l’UE, est désormais particulièrement préoccupante – elle fait face à une pénurie chronique de gaz pendant les mois d’hiver, alors que la Russie craint que la Russie ne coupe complètement l’approvisionnement via le gazoduc Nord Stream 1.

Dans l’ensemble, l’économie de la zone euro a progressé plus rapidement que prévu au deuxième trimestre de cette année, mais les économistes ont continué à mettre en garde contre la possibilité d’une légère récession alimentée par une inflation record et des problèmes de chaîne d’approvisionnement au second semestre.

Le PIB de la zone euro a augmenté de 0,7% au cours du trimestre avril-juin – un gain en glissement annuel de 4,0% – dépassant les attentes d’un gain trimestriel de 0,2% et annuel de 3,4%.

L’inflation dans les 19 pays qui partagent l’euro a atteint 8,9% en juillet contre 8,6% il y a un mois.

L’économiste d’ING Bert Kolijn a averti que les Européens pouvaient s’attendre à une « légère récession à partir du second semestre ».

Il a déclaré: «L’accélération de la croissance économique est principalement due à la faiblesse sous-jacente des effets de la réouverture et masque une inflation élevée et des problèmes de productivité.

« À partir de là, nous nous attendons à ce que le PIB reprenne une tendance à la baisse alors que la reprise modère la réouverture des services, que la demande mondiale s’affaiblit et que les pressions sur le pouvoir d’achat persistent.

READ  Nathan Beats va en France

« Nous nous attendons à un léger ralentissement à partir du second semestre. »

Reportage supplémentaire de Maria Ortega.