corentino

Je n'ecris pas ces immondes critiques de cinéma

Goldstein : Les frais d’utilisation amélioreront les soins de santé au Canada Un rapport indique que les frais d’utilisation amélioreront les soins de santé au Canada

La façon dont ces pays facturent aux patients une partie de leurs frais médicaux varie et exclut presque toujours les patients à faible revenu et à risque.

Selon un nouveau rapport de l’Institut Fraser, conservateur sur le plan fiscal, publié mardi, le Canada est un pays hors de question – l’un des six pays industrialisés sur 28 à offrir des soins de santé universels qui ne facturent aucun ticket modérateur aux patients.

l’étude – Comprendre les options de soins de santé complets : partage des coûts pour les patients – Il dit que « bien qu’il soit classé parmi les systèmes de soins de santé complets les plus coûteux du monde développé, les mesures globales de rendement indiquent que le Canada accuse régulièrement un retard par rapport à ses pairs internationaux dans les mesures clés du rendement des soins de santé, comme la disponibilité des médecins, le nombre d’hôpitaux lits et temps d’attente pour obtenir des soins médicaux Soins médicaux nécessaires.

Le Canada consacre un pourcentage de son PIB aux soins de santé (11,3 % en 2019) par rapport à l’âge de sa population, comparativement à tout autre pays à l’exception de la Suisse (11,4 %).

Malgré cela, nous sommes classés 26e sur 28 pays en nombre de médecins pour 1 000 habitants (2,8) ; 14 sur 28 chez les infirmières (10,4); 25 sur 26 en lits de soins intensifs (2,0) ; 24 sur 28 en psychiatrie familiale (0,37) ; huitième sur 24 dans les lits de soins de longue durée (54,3); 21 sur 24 en IRM par million d’habitants (10,5) ; 22 sur 26 en tomodensitomètres (15,2); et 17 sur 24 en TEP (tomographie par émission de positrons) (1,6).

READ  L'israélien Netanyahu a hué les manifestants endeuillés lors de la bousculade | Nouvelles du Moyen-Orient

Tous ces facteurs contribuent à l’allongement des délais d’attente médicale au Canada avec – Selon l’Institut Fraser, le temps d’attente moyen est de 25,6 semaines l’an dernier entre le moment de la référence par un médecin généraliste et le début du traitement par un spécialiste.

En 2019, l’année précédant l’épidémie, les patients ont attendu environ 20,9 semaines pour recevoir un traitement.

« Les patients au Canada ne sont directement facturés pour aucune partie de leurs soins », a déclaré le co-auteur de l’étude, Pacos Barua. « L’expérience pour la plupart des Canadiens est que l’utilisation des soins de santé est gratuite, ce qui est en contradiction avec nos homologues internationaux et peut entraîner une plus grande demande de services médicaux qu’elle ne le serait autrement, entraînant des temps d’attente plus longs qui ont longtemps tourmenté le système de soins de santé canadien. .”

« Le système de santé canadien a besoin d’être réformé, et le partage des coûts fera probablement partie du casse-tête qui peut mener à une utilisation meilleure et plus efficace de nos rares ressources en soins de santé », a déclaré Mackenzie Muir, coauteur de l’étude.