corentino

Je n'ecris pas ces immondes critiques de cinéma

Gushue prévoit de continuer à jouer au curling, mais l’avenir de l’équipe semble incertain

Les rapports de retraite de Brad Josho ont été grandement exagérés.

Alors que la fin des Jeux olympiques voit généralement un certain nombre de joueurs déclarer qu’ils abandonnent le curling de compétition, cette fois-ci, Gushue n’en fait pas partie.

Guccio, qui a remporté le bronze olympique pour le Canada le mois dernier aux Jeux d’hiver de Pékin, s’est entretenu avec Kevin Martin et Warren Hansen des dernières nouvelles. À l’intérieur du curling Le podcast, publié mardi, a laissé tomber toute rumeur de retraite lorsqu’on l’a interrogé sur son avenir.

« J’ai entendu certaines choses que (iii) Mark (Nichols) prend sa retraite. Nous vieillissons, donc je ne blâme pas les gens d’avoir jeté ça », a déclaré Joshwei. C’est un peu crédible mais dans ce cas, ce n’est pas vrai. Nous allons continuer le curling. »

La question est maintenant de savoir si Gosho, 41 ans, jouera toujours avec Nichols, le deuxième Brett Gallant et le capitaine Jeff Walker.

John’s, l’équipage de NNL est l’une des meilleures équipes de la tournée depuis 2014, lorsque Nichols a retrouvé Gosho après un passage au Manitoba en sautant Jeff Stoughton. En plus de leur médaille de bronze à Pékin, ils ont ensemble remporté l’or et l’argent aux Championnats du monde, trois titres au Brier et 11 Pinty’s Grand Slam of Curling.

Les règles de résidence de Curling Canada limitent les équipes à un joueur importé de l’extérieur de la province. Dans le cas de l’équipe Gushue, cela a permis à Walker de vivre dans sa province natale de l’Alberta Tout en continuant à jouer avec le club. Le dilemme de Gushue est Galant se dirige vers l’ouest alors qu’il est fiancé à Jocelyn Peterman, qui vient de l’Alberta et joue pour l’équipe de Jennifer Jones au Manitoba.

READ  L'attaque fantastique française cherche à se lancer contre la Hongrie

même si Les règles de résidence ont changé en 2019 pour accorder le statut de « Birthright » aux joueurs qui sont nés dans un comté mais qui n’y vivent plus, et cela n’aide pas l’équipe Gushue. Galant vit à Saint John, mais est originaire de l’Île-du-Prince-Édouard

Seuls Gushue et Nichols, qui ont joué ensemble depuis leur plus jeune âge et ont également remporté une médaille d’or olympique ensemble en 2006, sont nés et ont grandi à The Rock. À moins que Curling Canada ne modifie les règles de résidence pour inclure les « Terre-Neuviens honoraires », la quantité de Screech consommée ou tribale ne changera pas celle de Gallant et Walker.

Goshio a admis avec les règles de la résidence actuelle qu’il était « douteux » que son équipe puisse rester ensemble.

« Il y aura probablement des changements, mais nous ne nous sommes pas assis en équipe et avons dit: » C’est comme ça que ça va être «  », a déclaré Gosho. Nous savons que Brett se déplace vers l’ouest, donc je sais que les choses vont changer. Quel serait ce changement ? Je ne sais pas, je ne sais pas. »

Il est possible qu’il ne soit pas seul car Gushue s’attend à ce que les autres équipes masculines fassent également des changements.

« Je pense que pour les fans de curling, il y aura probablement quatre semaines intéressantes après le Brier, peut-être même quatre. Tout sera peut-être terminé dans une semaine ou deux, mais il y aura certainement du changement », a déclaré Gushue. « Même du côté des femmes, il va y en avoir beaucoup. Ça va être amusant, et nous verrons comment tout se déroulera. »

READ  Les 3 prochains matchs des Flames reportés après 6 joueurs, 1 employé entre dans le protocole COVID-19 de la LNH

Il ajouta après un rire :J’espère trouver trois gars qui voudront jouer avec moi. C’est tout ce qui m’inquiète. »

Gushue pense qu’il doit y avoir un certain assouplissement des règles, les équipes cherchant à constituer la meilleure équipe possible pour se rendre aux Jeux olympiques d’hiver de 2026 en Italie et résoudre tous les problèmes d’hébergement par la suite.

« Cela n’a aucun sens d’enrober de sucre parce que c’est ce qui va se passer », a déclaré Gushue. «Ce sont les conversations qui ont vraiment lieu, j’en suis sûr, et je suis sûr que Curling Canada en est également conscient. Nous voulons envoyer la meilleure équipe aux Championnats du monde et la meilleure équipe aux Olympiques, et le la règle de l’hébergement ne le permet pas toujours. »

Gushue a expliqué qu’il est « la personne idéale pour parler » parce que la profondeur des meilleurs curleurs disponibles à Terre-Neuve-et-Labrador ne peut se comparer à des provinces comme l’Alberta, le Manitoba ou l’Ontario.

«Lorsqu’il y avait une règle de résidence stricte à Terre-Neuve, nous avions un choix très limité quant à qui nous pouvions avoir», a déclaré Gushoy. « J’ai toujours été jaloux d’équipes comme Kevin (en Alberta) ou Glenn Howard (en Ontario), qui avaient un si large éventail de talents parmi lesquels choisir. Ici à Terre-Neuve, nous n’avions pas cela et cela ne nous permettait pas pour former la meilleure équipe possible.

« Je pense que sans cette règle de résidence ou certainement plus d’indulgence avec elle, nous verrons de meilleures équipes se former au cours des quatre à huit prochaines années. »

READ  Bahrain Victorious a une chemise Vuelta en édition limitée

L’équipe Gushue cherche à représenter le Canada pour la deuxième fois cette année dans une compétition comme Wild Card One au Brier avec un accent sur les Championnats du monde du mois prochain à Las Vegas. Gushue devrait également jouer dans les deux dernières épreuves du Pinty’s Grand Slam of Curling de la saison dans le championnat des joueurs de Princess Auto (12-17 avril, Toronto) et la Kioti Tractor Champions Cup (3-8 mai, Olds, Alta .).