corentino

Je n'ecris pas ces immondes critiques de cinéma

Il semble le faire tous les soirs.

Si les tirs au but ne battent pas les Canucks de Vancouver, Brad Marchand le fera. Dimanche, c’était les deux. Juste ces deux choses.

Marchand, qui intimide les Canucks depuis la finale de la Coupe Stanley 2011, l’a fait à nouveau dimanche, accélérant le misérable début de saison de Vancouver dans la Ligue nationale de hockey en marquant un égaliseur en troisième mi-temps, puis en faisant le vainqueur de la deuxième mi-temps. Les Bruins gagnent 3-2.

Les deux buts puissants en huit minutes ont fait six défaites consécutives pour Vancouver et huit défaites en neuf matchs.

Marchand était à un autre niveau. Il en va de même, malheureusement, pour les Canucks, dont le départ de 6-14-2 était pire d’un point que le record de Vancouver en 22 matchs de la tristement célèbre saison de chaos 1997-98 lorsque Marc Messier, Mike Keenan, Pat Quinn et Trevor Linden sont arrivés. . Sur la gauche et la moitié de la liste, ils ont fini par échanger.

Vingt-quatre ans plus tard, l’équipe fait moins bien mais sans interruption – jusqu’à présent.

Il reste le directeur général des Canucks Jim Benning et l’entraîneur Travis Green, qui doivent chaque soir expliquer aux journalistes comment cette équipe est censée renverser la vapeur alors qu’il y a peu de chances que Green fasse partie d’une solution.

Le trajet de cinq matchs des Canucks ressemble à un cortège funèbre.

« Nous avons très bien joué », a déclaré l’ailier de Vancouver Conor Garland après que les Canucks eurent perdu une autre défaite. « Je dis souvent ça, mais ça pue, mec. C’est une bonne équipe pour donner de la force à mon jeu. Cela ne veut pas dire que c’était de mauvaises pénalités ou quoi que ce soit, c’est juste, vous savez, c’est ce que (les Bruins) font. Ils gagner des matchs. C’est pourquoi ils le sont toujours. Au fond des qualifications. Ils attendent leurs chances. Nous ne leur avons rien fait, et tout d’un coup, cela a fini par être à deux chiffres. C’est ce qui se passe. « 

READ  Quatre équipes subissent le plus de pression lors des éliminatoires de la Coupe Stanley

Garland doit savoir. Ayant grandi dans le sud de Boston à Situate, dans le Massachusetts, il a vu les Bruins dans son enfance et a vu à quel point Marchand pouvait jouer un pied plus grand que son squelette.

Marchand a claqué une rondelle libre pour marquer d’une bousculade à 8:45 dans le troisième, puis a magnifiquement placé David Pasternak au poteau arrière du vainqueur du match à 16:36.

Ce but, avec Marchand qui pendait mal devant le défenseur Kyle Burrows, est survenu après que le joueur de la ligne bleue des Canucks Oliver Ekman-Larson Anton Blade a tapé du pied dans les chiffres pour une pénalité à bord à 15:23.

Nils Hooglander a reçu une pénalité imprudente à 7:21. Ces horribles pénalités de timing ont permis aux Pires Canucks de la ligue de concéder au moins deux buts en avantage numérique pour la neuvième fois en 14 matchs.

Le trio de Marchand, Pasternak et Patrice Bergeron a inscrit deux buts, trois mentions d’aide et 15 tirs. Marchand a également contribué cinq coups sûrs, sans compter le pied impuni qu’il a accordé à Ekman Larson au début de la première période.

« Il est probablement dans le top cinq de la ligue », a déclaré Garland. « Il a été une grande inspiration pour les petits enfants (de) Boston – peut-être après Sergei Samsonov. Je l’ai beaucoup regardé grandir. Il a fait ce qu’il fait. Il semble le faire tous les soirs. »

Aux Canucks, au moins.

Le tir bas de Garland à travers l’écran de Jason Dickinson à 12:31 de la deuxième demie, son premier but dans la Ligue nationale de hockey dans sa ville natale, a brisé l’égalité 1-1 après que Tanner Pearson et Blade aient échangé des buts en début de match. L’ancien gardien de Bruyne Jaroslav Hallack a repoussé le tir du poignet non défendu de Blidh, mais a réussi 39 arrêts.

READ  Le Paris Saint-Germain et Lyon se joignent à la course pour recruter l'attaquant de Manchester United Anthony Martial

« Je sonnerais probablement un peu répétitif: c’est un match difficile à perdre à nouveau », a déclaré Green. « Je pense que cela amplifie la façon dont les choses se passent. Beaucoup de bons efforts ce soir. C’était un match lourd, lourd et difficile. En fin de compte, leurs meilleurs gars trouvent un moyen d’y parvenir. »

« Je pense que presque comme pour le gars, beaucoup de gars jouent très bien (pour les Canucks). Ils ne trouvent pas le moyen de marquer quand nous en avons besoin. Nous avons besoin de deux buts. Jusqu’à ce soir, Mott obtient la pause écourtée . C’était super de marquer là-bas. Vous sentez votre groupe. Des nuits comme ce soir. « 

Environ 40 secondes avant le but égalisateur de Marchand, Tyler Mott a fait une pause avec les Canucks, mais a été résolu par le gardien des Bruins Linus Olmark.

Après avoir marqué le premier but dans un seul match six sur 22 et n’avoir progressé en troisième manche que pour la cinquième fois, Vancouver a trouvé une autre façon de perdre.

« Je pense que vous pouvez dire cela », a déclaré Green. « Quand les choses vont bien, vous trouvez en quelque sorte des moyens de gagner. J’ai l’impression que notre équipe joue dur et qu’elle veut gagner mal. Vous pouvez être déçu à la fin du match. Malheureusement, nous avons joué du bon hockey ici et n’a pas obtenu les résultats que nous souhaitions.

Ils tenteront à nouveau lundi contre les Canadiens de Montréal, qui ont congédié dimanche le directeur général Mark Bergievin et deux autres PDG, et nommé de force l’ancien directeur général des Rangers de New York Jeff Gorton pour superviser la restauration de la franchise en tant que vice-président exécutif des opérations hockey.

READ  Les Blackhawks de Chicago acquièrent Tyler Johnson

Pendant ce temps, Al Canucks a attendu. Bien qu’il ne soit pas clair pourquoi.