corentino

Je n'ecris pas ces immondes critiques de cinéma

JPMorgan versera 25 millions d’euros pour régler une affaire de fraude fiscale en France

JPMorgan a conclu un accord avec les procureurs français sur des allégations selon lesquelles il aurait aidé illégalement des clients à éviter les impôts et paiera une amende de 25 millions d’euros sans plaider coupable.

Jeudi, le procureur de la République pour les délits financiers a déclaré que les juges du tribunal de Paris avaient accepté le règlement, mettant fin à une longue enquête sans procès.

JPMorgan aurait aidé d’anciens directeurs de la société d’investissement Wendel à éviter les impôts sur une série de transactions de plans de bonus en actions de 2004 à 2007. La banque aurait fourni un financement aux dirigeants de Wendel pour les aider à réduire l’impôt sur les plus-values, leur permettant de protéger plus de 300 millions euros du fisc, selon l’Agence France-Presse.

L’enquête a débuté en 2012 lorsque l’administration fiscale française a déposé une plainte au sujet de ces montages. Ils ont allégué que 11 dirigeants de Wendell et trois membres du conseil d’administration, dont l’héritier présomptif de la société d’investissement, l’ancien président Ernest Antoine Silier et le PDG de l’époque, Jean-Bernard Lafonta, avaient bénéficié du stratagème.

Selon l’AFP, les procureurs ont fait valoir lors de l’audience de jeudi que JPMorgan devrait être autorisé à régler l’affaire au lieu de poursuites pénales car il était complice de la fraude présumée mais pas dans l’original et parce que la société avait coopéré. .

“Nous sommes heureux de finaliser cette affaire, qui porte sur une seule opération réalisée par des clients en 2007”, a indiqué la banque dans un communiqué. “Bien que nous n’ayons pas fourni de conseils fiscaux sur la transaction, nous avons pleinement coopéré à l’enquête et continuons de penser que nous avons agi conformément à la loi française.”

READ  La France profite du « succès fulgurant » du renouveau vert - EURACTIV.fr

Bien que l’implication de la banque dans l’affaire soit maintenant terminée, elle se poursuivra pour d’autres suspects, dont Celier et La Fonta, qui ont nié tout acte répréhensible et pourraient être jugés l’année prochaine. Ils n’ont pas pu être immédiatement contactés pour commenter.

Wendell lui-même n’a pas été accusé d’actes répréhensibles. Il n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

De tels règlements pour des crimes en col blanc présumés sont relativement nouveau En France, qui n’a introduit des accords de plaidoyer à l’américaine qu’en 2016 lorsqu’elle a adopté une loi anti-corruption appelée Sabine 2, du nom du ministre des Finances de l’époque, Michel Sabine.

Depuis lors, les procureurs français ont signé neuf règlements de délits financiers, dont un majeur contre Airbus Cela a conduit l’avionneur à payer 3,6 milliards d’euros d’amendes à la France, aux États-Unis et au Royaume-Uni.

Mais le procureur chargé des délits financiers, une fonction créée en 2013, a également eu du mal à traiter les affaires en temps opportun, ce qui a conduit certains avocats à critiquer son efficacité dans les affaires de corruption complexes impliquant des entreprises.