corentino

Je n'ecris pas ces immondes critiques de cinéma

La Banque nationale de France augmente ses bénéfices alors que le pays atténue le coup de la pandémie

  • Les banques européennes bénéficient d’un soutien de l’État pour les emprunteurs
  • Le plus grand prêteur de France rejoint ses pairs pour allouer moins de créances douteuses
  • Le bénéfice net a augmenté de 26,6 % au deuxième trimestre

PARIS, 30 juillet (Reuters) – La plus grande banque française cotée, BNP Paribas, s’est jointe à ses concurrents pour réduire les provisions pour encours de prêts, car ils ont bénéficié d’un soutien gouvernemental sans précédent pour maintenir l’économie à flot pendant la pandémie de coronavirus.

Bien que le virus plane toujours sur l’économie mondiale, des milliards d’euros de subventions gouvernementales à travers l’Europe, des programmes de congé des travailleurs à l’aide aux entreprises, ont aidé les emprunteurs à effectuer des paiements, protégeant les bénéfices des banques.

Le PDG Jean-Laurent Bonavi a déclaré qu’il se préparait à un “fort rebond” après que la plus grande banque de la zone euro a annoncé vendredi une hausse de 26,6% de son bénéfice net pour le deuxième trimestre.

Le gouvernement a mis fin au troisième verrouillage national de la France à la mi-mai et a progressivement assoupli d’autres restrictions depuis lors.

Comme d’autres pays européens, la France emprunte pour payer les dépenses publiques, qui ont considérablement augmenté pendant la pandémie.

L’Auditeur général national a déclaré que Paris devrait progressivement retirer son soutien au COVID-19 cette année et l’année prochaine, mais ne devrait se tourner vers la réduction de son déficit budgétaire qu’à partir de 2023.

Cela reporterait toute gueule de bois économique de la pandémie, une aubaine pour les emprunteurs et les banques, ainsi que pour les actionnaires.

READ  Tournage d'une émission télévisée à Paris, en Ontario, reliant la ville canadienne « magique » avec son homologue en France

De même, l’espagnol BBVA (BBVA.MC), le deuxième prêteur russe VTB (VTBR.MM) et le britannique NatWest (NWG.L) ont réduit les provisions pour mauvais crédit, comptant sur l’amélioration économique.

“Évidemment, ils bénéficient d’un soutien massif de l’État. C’est un soutien pour l’économie et pour les emprunteurs. Ils en bénéficient donc indirectement”, a déclaré Jérôme Legras d’Axiom Alternative Investments.

BNP Paribas a dégagé un bénéfice net de 2,91 milliards d’euros, le coût du risque, qui reflète les provisions pour créances douteuses, a baissé de 43,8% à 813 millions d’euros.

Les revenus ont augmenté de 0,9 %, le rebond de 9,5 % de la banque de détail ayant permis de compenser la baisse des ventes de la banque d’affaires et des investissements.

La pandémie a également affecté le comportement de ses clients. Les dépôts, par exemple, sont en hausse de 7,5% par rapport à l’année précédente, car les fermetures ont rendu les dépenses difficiles, tandis que les prêts sont en hausse de 4%.

La banque a déclaré que les fermetures et les couvre-feux avaient accéléré le passage aux services bancaires en ligne, avec une augmentation d’un quart des appels quotidiens vers les applications mobiles.

L’amélioration globale de la banque de détail a permis de compenser la baisse de plus de 40 % des bénéfices des titres à revenu fixe et du négoce de devises et de matières premières.

Dans la banque d’affaires, où BNP Paribas s’est efforcé de conseiller ses clients sur les fusions, les revenus ont chuté de 1,6%, à la traîne de ses rivaux de Wall Street.

Le volume d’affaires de financement levé pour les clients sur les marchés du crédit, des obligations et des actions a diminué de 37%, a indiqué la banque.

READ  Dernier coronavirus: les demandes de chômage aux États-Unis tombent à leur plus bas niveau dans la nouvelle ère de la pandémie

Il a également déclaré qu’il verserait aux actionnaires un dividende supplémentaire de 1,55 euro par action cette année, et ses actions, qui ont augmenté d’environ un cinquième cette année, ont encore augmenté vendredi, bien qu’elles soient à la traîne de l’indice bancaire Stoxx Europe 600 (.SX7P). .

Reportages supplémentaires de Mathieu Brotter, Jean-Michel Bello et John O’Donnell; Montage par Jason Neely et Thomas Janowski

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.