corentino

Je n'ecris pas ces immondes critiques de cinéma

La Cour d’appel fédérale confirme le droit de l’Alberta de légiférer sur les robinets d’arrêt

La Cour d’appel fédérale a statué que l’Alberta a le droit de contrôler la quantité et la destination du pétrole et des autres carburants qui transitent par ses pipelines.

La décision, rendue publique mardi, est une victoire pour la province dans sa bataille avec la Colombie-Britannique au sujet de la soi-disant loi sur la fermeture des robinets que l’Alberta a promulguée en 2018, au plus fort du désaccord entre les deux provinces sur la construction de la région. Pipeline Trans Mountain.

«Nous sommes heureux de la décision rendue hier par la Cour d’appel fédérale. Nous restons attachés à la défense de l’Alberta, y compris la protection de la valeur de nos ressources naturelles», a déclaré Sonia Savage, ministre de l’Énergie de l’Alberta.

Dans la décision, trois juges ont convenu qu’une injonction antérieure interdisant à l’Alberta d’utiliser sa législation devrait être abrogée et que la Colombie-Britannique devrait payer les frais d’un litige prolongé.

Les juges se sont appuyés sur des raisons différentes pour arriver à la même conclusion.

La Colombie-Britannique a initialement repris la constitutionnalité de la Canadian Economic Prosperity Preservation Act, en faisant valoir que l’Alberta n’avait pas le pouvoir de discriminer en limitant les exportations de pétrole vers d’autres provinces.

La constitution donne aux provinces le droit de posséder et de développer leurs ressources naturelles, et la décision dit qu’aucune restriction à l’exportation n’a encore été imposée, de sorte que l’action de la Colombie-Britannique est «prématurée».

L’expansion de 1 150 kilomètres de Trans Mountain vise à tripler la quantité de pétrole s’écoulant de la région d’Edmonton vers le Lower Mainland de la Colombie-Britannique par trois et de là vers les marchés étrangers.

READ  Arrêtez les pirates : comment protéger votre routeur Wi-Fi domestique