corentino

Je n'ecris pas ces immondes critiques de cinéma

La Fondation des communautés noires sollicite 200 millions de dollars dans le budget fédéral pour soutenir les organismes de bienfaisance dirigés par des Noirs

Eugenia Adie se souvient de ce que c’était quand une petite fille noire était au East Mall à Toronto, essayant d’envisager son avenir.

«J’ai grandi dans l’une des communautés dans lesquelles nous travaillons et je ne me voyais vraiment pas représenté nulle part à la télévision. [or] Ady a dit dans mes manuels scolaires. “Alors vraiment croire que je pourrais être un scientifique ou un ingénieur était quelque chose dont je devais littéralement rêver, parce que je ne pouvais pas le voir dans la réalité.”

Lors de ses études de doctorat en chimie, elle a rencontré Francis Jeffers, fondateur Visions de la science, Une organisation qui propose des programmes STEM interactifs pour les enfants des communautés marginalisées. Désormais PDG, Addy vise à ouvrir des portes à d’autres comme elle.

“Habituellement, une grande partie du partage de STEM est réservée au sein des organisations. Donc, si vous n’êtes pas à proximité de ces institutions, vous ne serez pas en mesure de gérer toutes les choses intéressantes que vous pouvez faire”, a déclaré Ady.

Soutenir des groupes à but non lucratif comme Addy’s est l’objectif d’une initiative de la Fondation pour les communautés noires (FFBC).

Alors que le gouvernement fédéral se prépare à présenter son premier budget en deux ans le 19 avril, FFBC payait 200 millions de dollars pour démarrer une subvention qui aidera à soutenir les organisations à but non lucratif qui travaillent avec les communautés noires. L’objectif est que les organisations dirigées par des Noirs puissent demander des subventions à une fondation créée spécialement pour elles.

READ  La tempête rapide de l'Atlantique Elsa touche terre à Cuba | L'actualité climatique

Liban Abu Ghour est membre du groupe de travail FFBC. Il a dit qu’un tel fonds changerait la donne.

“Cela signifie que vous n’avez pas à justifier pourquoi vous vous concentrez sur les communautés noires”, a ajouté Abukur.

Cela signifie que si vous rencontrez un problème affectant votre communauté et que vous souhaitez y remédier, vous n’aurez plus besoin de penser à “Quelqu’un soutiendrait-il ce travail?” “

En tant que PDG de Visions of Science, Eugenia Ade a déclaré qu’il peut être très difficile d’obtenir le financement dont elle a besoin pour aider les enfants à accéder à leurs programmes STEM. (Osama Farag / CBC)

En plus de ce que le gouvernement fédéral a demandé, la FFBC lève déjà 100 millions de dollars supplémentaires auprès des secteurs privé et caritatif. Elle a récemment reçu 1 million de dollars du MLSE pour participer à des programmes de sport et de bien-être pour les jeunes noirs.

Cela vient après le Signaler Publié en décembre par le Black Community Advancement Network et l’Université Carleton, il a révélé que pour chaque tranche de 100 $ de subventions des 40 principales fondations du pays en 2017 et 2018, moins de 30 cents atteignaient des organisations dirigées par des Noirs.

Abu Qour était l’un des auteurs du rapport et dit qu’il n’a pas été surpris par les résultats.

“Vérité [that] Le travail de bienfaisance dans ce pays fonctionne sur la base de relations. Si vous regardez à travers le pays, il y a plus de 10 000 organisations, dont chacune est majoritairement blanche, des employés aux membres du conseil d’administration en passant par les PDG », a déclaré Abukur.

Un graphique montrant les résultats du rapport de décembre 2020 selon lequel seulement 30 cents de chaque tranche de 100 $ de subventions de 40 institutions de premier plan au Canada en 2017 et 2018 atteignaient des organisations dirigées par des Noirs. (Source: Réseau pour l’avancement des sociétés noires / Université Carleton)

Le plan de la FFBC est d’inviter les programmes à demander des subventions, puis un comité composé de membres de la communauté qui travaillent sur ces programmes examine les demandes.

“Nous voulons donner à certains membres de la société les moyens de prendre ces décisions. C’est ce dont nous parlons lorsque nous parlons d’autodétermination”, a expliqué Abu Qur’an.

L’idée de l’autodétermination des communautés noires est un objectif des organisateurs et des responsables des droits civiques depuis des décennies, mais Abu Karr a déclaré qu’il estimait que le moment était venu de faire un effort concerté pour commencer quelque chose comme ça.

“Nous venons d’avoir le privilège de vraiment bénéficier du moment où nous sommes entrés dans le mouvement mondial Black Lives Matter, et de cette reconnaissance importante que nous devons lutter contre l’injustice raciale dans ce pays.”

Ady dit que la fondation axée sur les Noirs éliminera l’inquiétude selon laquelle, à mesure que les intérêts et les cycles de nouvelles changent, le soutien et le financement d’organisations comme elle disparaîtront.

“Avec tous les événements d’été, je pense que de nombreuses organisations dirigées par des Noirs ont vu un énorme afflux de soutien. Mais je sais que de nombreux dirigeants comme moi retiennent également notre souffle, car nous ne voulons pas que ce soit juste une tendance. », A déclaré Ady.

Bien qu’il ait pu développer les connaissances scientifiques d’une équipe dirigée principalement par des bénévoles à une équipe de plus de 100 employés desservant 28 communautés différentes, Addy dit que les ressources financières restent limitées.

“Je pense que pour un travail qui est comme le nôtre, nous frappons toujours aux portes. Ce ne sera jamais la situation. En fait, il s’agit d’être en mesure d’obtenir un soutien d’une manière qui nous permet de rester agiles et réactifs envers nos communautés.”

Liban Abukor est membre du groupe de travail de la Black Societies Foundation, qui demande 200 millions de dollars au gouvernement fédéral pour aider à soutenir les organisations dirigées par des Noirs au service des Noirs. (Osama Farag / CBC)

Science Insights a été fondé en utilisant un modèle basé sur des ateliers pratiques, et lorsque la pandémie a éclaté, il a dû s’adapter rapidement et trouver des moyens pour que les étudiants continuent à partager depuis la maison. L’organisation a rassemblé des boîtes à outils pour les sciences, la technologie, l’ingénierie et les mathématiques (STEM) avec tout le matériel nécessaire à ses projets et les a livrées directement aux membres de la communauté.

Mais cela ne s’est pas arrêté là. Beaucoup de jeunes participant au programme avaient également besoin d’autres types de soutien, alors Ady et son équipe ont mis les familles en contact avec des moyens d’accéder à la nourriture et ont aidé à s’assurer que chaque jeune membre qui avait besoin d’un ordinateur portable pour participer en obtienne un.

“Nous ne traitons pas seulement les problèmes liés à la sous-représentation des STEM. Quand vous pensez à la population que nous servons, vous pensez à l’insécurité du logement, l’insécurité alimentaire”, a déclaré Ady. “Il y a plusieurs niveaux quand il s’agit de travailler dans nos sociétés.”

Pour Jean-Claude Monizamo, directeur exécutif d’Umoja Community Mosaic basé dans le sud-ouest de Calgary, pouvoir demander des subventions à une organisation comme FFBC qui est également dirigée par des Noirs est une opportunité de voir et de comprendre son travail.

“Ils savent comment faire les choses”, a déclaré Munizamo. “Il leur est facile d’évaluer ce que nous faisons.”

Au cours des 11 dernières années, Munizamo a dirigé un camp de football pour les jeunes dans son quartier, dont beaucoup sont nouveaux dans le pays. Il en a fait une organisation qui répond à un certain nombre de besoins, de l’enseignement aux groupes de soutien aux femmes.

Alors que l’épidémie a rendu de nombreux membres de sa communauté plus vulnérables, il a également commencé à livrer régulièrement de la nourriture à plus de 800 familles. Il dit que le fait d’être de la communauté qu’il sert l’a aidé à comprendre ce qui doit être fait.

“Nous servions des personnes vraiment vulnérables. Vous savez, nous sommes dans des logements sociaux”, a déclaré Munizamo. “Alors oui, il y a eu une aide d’urgence, mais combien de jours les gens ont-ils mis pour bénéficier du gouvernement? Et aussi, combien de personnes savent comment demander ces prestations?”

Monizamo a également fait tout son possible pour aider ceux qui luttent pour joindre les deux bouts à une autre étape en concevant des paniers alimentaires qui correspondent aux origines culturelles de ceux qui les reçoivent, contribuant ainsi à soutenir les épiceries ethniques de la ville.

“C’est super de voir de la nourriture de chez soi. Tu sais, c’est confortable.”

Après avoir lancé le programme de football, Jean-Claude Monizamo a élargi son travail avec Umoja Community Mosaic pour répondre à un certain nombre de besoins, notamment en aidant les personnes en situation d’insécurité alimentaire. (Dave Ray / CBC)

Umoja ne compte que trois employés et une équipe dévouée de bénévoles. Munizamo dit que l’organisation a eu du mal financièrement à s’acquitter de nombreuses responsabilités.

“Une chose que je fais chaque jour est la collecte de fonds, la collecte de fonds et la collecte de fonds. Chaque mois. Nous ne savons pas où nous allons obtenir l’argent pour le mois prochain”, a déclaré Munizamo.

Il ajoute que l’un des défis auxquels il est confronté lorsqu’il demande des subventions ou des dons est le désir des autres de le coincer.

“Vous êtes disqualifié parce que vous n’êtes pas assez noir. Ici, en Occident, beaucoup de Noirs appartiennent à la première et à la deuxième génération”, a déclaré Munizamo. “Nous n’avons pas beaucoup de professionnels noirs qui peuvent aider à renforcer les capacités.”

Gouvernement fédéral Je me suis fait tirer dessus en janvier Après qu’Emploi et Développement social Canada (EDSC) a rejeté des centaines de demandes pour le programme des organisations noires parce qu’il n’atteignait pas le seuil des deux tiers des membres de son conseil d’administration et des hauts dirigeants connus sous le nom de Noirs.

FFBC travaille toujours à définir les critères pour les groupes éligibles à son financement, mais prévoit d’avoir une «approche à plusieurs niveaux» qui sera formée au cours des prochains mois après les consultations communautaires.

Pendant ce temps, Abukur dit que, indépendamment du fait qu’ils obtiennent ou non le financement qu’ils ont demandé au gouvernement fédéral, la Fondation des communautés noires continuera à collecter des fonds et prévoit d’émettre des subventions pour le semestre d’automne.

«Je pense que dans quelques années, quand tout cela sera préparé et fait, et que nous verrons le travail extraordinaire que les organisations noires peuvent faire avec ces ressources, je pense que c’est un moment pour réfléchir. En ce moment, il y a beaucoup de travail faire.”


Pour plus d’histoires sur les expériences des Canadiens noirs – du racisme contre les Noirs aux réussites au sein de la communauté noire – consultez Être noir au Canada, un projet de la SRC dont les Canadiens noirs peuvent être fiers. Vous pouvez lire plus d’histoires ici.

(CBC)


Regardez les épisodes complets de The National sur CBC Gem, Le service de diffusion de CBC.