corentino

Je n'ecris pas ces immondes critiques de cinéma

La France a officiellement signé des œuvres d’art prises dans l’ancienne colonie du Bénin

PARIS, 9 novembre (Reuters) – Le président béninois Patrice Dolon a signé mardi un accord pour le rappel de 26 œuvres d’art capturées dans une ancienne colonie française au XIXe siècle en France, et a déclaré qu’il espérait que cela ouvrirait la voie à davantage de trésors culturels . Restituée.

26 Artefacts Les palais du Bénin ont été pris d’Abomi en 1892 – aujourd’hui un site du patrimoine mondial de l’UNESCO – et dans un musée à Paris, avec des milliers d’artefacts pris en Afrique pendant la domination coloniale.

Elles vont maintenant être restituées, mais ce ne sont que quelques-unes des 5 000 œuvres que le Bénin recherche.

Le président français Emmanuel Macron, le président béninois Patrice Dalலோn, la ministre française de la Culture Roslyn Bachelot et le ministre béninois du Tourisme Jean-Michel Abimbola ont signé un accord pour rapatrier les objets culturels pillés à l’Elysée à Paris. France, 9 novembre 2021. REUTERS/Sarah Meyssonnier/Piscine

« Vous reconnaissez que la restauration des 26 œuvres d’art que nous célébrons aujourd’hui n’est qu’une étape dans le processus ambitieux d’égalité et de rédemption, un héritage qui a été extorqué au territoire du Royaume du Bénin, en France », a déclaré Dollen. Il s’est entretenu avec le président français Emmanuel Macron après la cérémonie de signature à l’Elysée.

À une époque où de nombreuses entreprises européennes sont aux prises avec les traditions culturelles du colonialisme, ce transfert marque une étape importante dans la lutte de plusieurs années des nations africaines pour récupérer les œuvres prises par les universitaires et les colonialistes occidentaux.

READ  Messi accepte de rejoindre le Paris Saint-Germain et de s'envoler pour la France

Le musée du Quai François à Paris contient à lui seul environ 70 000 objets africains.

Le processus de remise des œuvres d’art prises par la France dans les palais d’Abomi a été promis pour la première fois en 2017 par Macron.

Écrit par Lucian Libert et Christian Lowe; Montage Angus MacSwan

Nos normes : Principes de confiance de Thomson Reuters.