corentino

Je n'ecris pas ces immondes critiques de cinéma

La France annule le sommet sur la sécurité avec le Royaume-Uni alors que le crash du sous-marin se poursuit

La France a annulé une réunion ministérielle sur la sécurité avec la Grande-Bretagne cette semaine en raison d’une impasse diplomatique croissante au sujet d’un accord sur les sous-marins nucléaires.

Paris a été pris de court par l’annonce la semaine dernière d’un nouvel accord de sécurité tripartite appelé AUKUS entre le Royaume-Uni, les États-Unis et l’Australie.

Canberra a annulé un accord de 72,8 milliards de dollars avec les Français pour des sous-marins diesel-électriques et a poursuivi un programme compétitif pour acheter des bateaux à propulsion nucléaire avec l’aide des États-Unis et de la Grande-Bretagne à la place.

Ce week-end, le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a accusé le Royaume-Uni d'”opportunisme permanent”, tandis que le ministre français des Affaires étrangères Clément Pauve a accusé la Grande-Bretagne d’être un meilleur pays que Washington.

Dimanche soir, il a été révélé que la ministre française des Armées Florence Barley avait décidé d’annuler une réunion prévue cette semaine avec le secrétaire à la Défense Ben Wallace.

Boris Johnson a dit à la France de ne pas s’inquiéter du nouvel accord de sécurité entre l’Australie, le Royaume-Uni et les États-Unis.

S’adressant aux journalistes lors d’un vol à destination des États-Unis, le Premier ministre a souligné que “l’amour” du Royaume-Uni pour la France était “inévitable” et a cité des preuves de leur coopération militaire conjointe.

Ces commentaires sont les premiers après la nouvelle ficelle de M. Johnson et l’insulte des ministres français.

Interrogé sur l’affaire diplomatique houleuse et sur la question de savoir si le président américain Joe Biden est vraiment un “chien sur les genoux”, M. Johnson a recherché des choses positives.

READ  Produits du premier sous-marin français pour le dernier voyage

“Nous sommes très fiers de notre relation avec la France et elle est très importante pour ce pays”, a déclaré M. Johnson.

“C’est une relation très amicale – une amitié passionnée – qui dure depuis un siècle ou plus, et c’est absolument essentiel pour nous.

« Dans le plus grand déploiement actuel de l’OTAN, nous travaillons côte à côte avec la France dans les États baltes.

« Troupes britanniques, forces françaises, côte à côte ; pas deux forces capables de se coordonner et de travailler côte à côte. »

Soulignant l’existence d’un projet commun pour tester les explosions nucléaires connu sous le nom de M. Johnson Dudates, “d’après mes études sur Astérix, je pense qu’il est le dieu colique du tonnerre”. “

Le Premier ministre a poursuivi : « C’est une chose très, très profonde ; Notre amour pour la France, notre admiration pour la France est inévitable.

Repoussant le fait que le Royaume-Uni est le chien de garde de l’Amérique, M. Johnson a déclaré: “Ce que je dis, c’est que cela ne signifie en aucun cas qu’AUKUS est une somme nulle. Ce n’est pas une exception.

Ces commentaires sont une tentative d’apaiser la colère émanant de Paris.

Alok Sharma, Président du Sommet COP26 sur le changement climatique Et un ministre du cabinet, qui a cherché dimanche à désamorcer les tensions entre les deux pays.

Commentant l’accord AUKUS, il a déclaré: “C’est l’un des trois alliés les plus proches. Il s’agit de la sécurité dans la région indo-pacifique.

Il a ajouté que la nouvelle alliance “ne devait provoquer personne” et que le Royaume-Uni souhaitait entretenir des “relations constructives” avec d’autres pays.

READ  Poèmes et musique française au Kosovo

Interrogé sur les conseils “vassaux” de la Grande-Bretagne aux États-Unis, M. Sharma a déclaré à la radio Times: “Je ne vois personne nous asservir”.

Quand la référence à Pékin a été omise AUKUS Introduit la semaine dernière, il vise à contrer la force militaire croissante de la Chine et son approche agressive du commerce.

La Chine a réagi avec colère à la formation d’une alliance historiquement importante, la qualifiant de « très irresponsable » et de « myope ».

Reconnaissant la nécessité d’acheter à Pékin pour relever les défis mondiaux tels que le changement climatique, la Grande-Bretagne a cherché à adopter une ligne dure à l’égard de la politique chinoise consistant à condamner le pays pour les violations des droits humains et les pratiques commerciales déloyales.