corentino

Je n'ecris pas ces immondes critiques de cinéma

La France collabore avec Cross River sur les déchets pour produire de l’électricité | The Guardian Nigeria Nouvelles


Dans leur quête pour pousser la politique de valorisation énergétique des déchets à gérer le gouverneur Ben Ayadh, un gouvernement trans-étatique s’est associé au gouvernement français pour convertir ses déchets en électricité.

Le conseiller spécial du gouverneur pour les médias et la publicité, Christian Etta, l’a révélé hier, lors d’une présentation donnée par le chef d’équipe, Ayodeji Okele, à Iyad dans sa salle de réunion à Government House, Calabar.

Présentant la présentation en compagnie d’un consortium d’entreprises françaises composé de Gilles Paquet, GB Consulting and Services, Laurent Lamps, Project Director Serge Experts, O’Kelly, Managing Director d’Asaju Energy, a déclaré avoir visité Calabar pour mener des études de faisabilité sur le situation de la gestion des déchets dans le pays.

Il a expliqué que la conception du projet est intervenue après la récente visite de l’ambassadeur de France au Nigeria Jérôme Pasquier dans l’Etat, au cours de laquelle il a discuté des domaines de coopération économique, dont la gestion des déchets, avec Ayad.

« Nous discutons du projet depuis plus d’un an concernant l’état de la gestion des déchets dans l’État de Cross River. Et nous sommes venus pour mener des études de faisabilité appropriées pour découvrir la meilleure solution pour la faisabilité économique de l’initiative. »

Okele a expliqué qu’avec les conseils du projet, l’équipe devait développer une solution durable pour l’élimination des déchets municipaux liquides et solides, ainsi qu’offrir des solutions pour générer de l’électricité à partir de produits finaux.

Ukel, qui a déclaré que son équipe avait précédemment effectué une tournée d’inspection des principaux sites de déchets de Lumna pour se faire une idée de la base technique et financière du projet, a confirmé que les études de faisabilité prendront environ six mois.

READ  Préparez-vous à une transition désordonnée vers une ère sobre en carbone, selon les entreprises et les investisseurs, les émissions de gaz à effet de serre

À son tour, Ayyad a exprimé sa gratitude au gouvernement français pour le partenariat, exhortant le consortium à considérer le projet comme une intervention vitale plutôt que comme quelque chose qui pourrait être divisé en périodes de recherche.

“Ce n’est pas de la recherche, c’est une mission d’intervention salvatrice et c’est pourquoi nous sommes ici. Donc, si vous l’abordez dans cette perspective, votre conception du temps deviendra plus sensible et sensible.”

“Je ne pense pas que vous ayez besoin de six mois pour faire l’étude de faisabilité, car cela demande juste plus d’efforts et de temps. Après l’étude de faisabilité, je ne veux pas que nous nous retrouvions avec un énoncé de position, qui sera mentionné comme un projet réalisable », a-t-il déclaré.