corentino

Je n'ecris pas ces immondes critiques de cinéma

La France propose une résolution pour un cessez-le-feu entre Israël et Gaza aux Nations Unies: la présidence

La France a proposé une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU, en coordination avec l’Égypte et la Jordanie, appelant à un cessez-le-feu dans le conflit entre Israël et Gaza, a annoncé mardi le bureau du président.

Le communiqué indique que le président français Emmanuel Macron et son homologue égyptien Abdel Fattah El-Sissi, qui est à Paris pour assister aux sommets africains, ont approuvé la décision lors d’une vidéoconférence avec le roi de Jordanie Abdallah II.

L’Elysée a déclaré: « Les trois pays se sont mis d’accord sur trois éléments simples: le feu doit cesser, le moment est venu d’un cessez-le-feu et le Conseil de sécurité de l’ONU doit se pencher sur cette question ».

La France, qui appelle à un cessez-le-feu rapide depuis plusieurs jours, a déclaré qu’elle soutenait la médiation menée par l’Égypte.

Lundi, Macron a souligné l’importance de la médiation égyptienne après des discussions à Paris avec Sissi, principal allié et agent de défense de la France, malgré les inquiétudes des militants concernant le bilan du Caire en matière de droits humains.

Le Conseil de sécurité n’a pas réussi à adopter une simple déclaration sur le conflit, les États-Unis, alliés fidèles d’Israël, ayant rejeté trois projets de déclarations précédentes proposées par la Chine, la Norvège et la Tunisie appelant à la fin des combats.

L’ambassadeur de Chine auprès des Nations Unies, Zhang Jun, a déclaré que lors d’une réunion à huis clos, les membres avaient écouté la proposition faite par notre collègue français au conseil, et comme pour la Chine, nous soutenons certainement tous les efforts qui facilitent la sortie de la crise et le retour. . Peace in the Middle East.  »

READ  Source de presse associée: Biden nomme une collecte de fonds pour l'ambassadeur britannique Département américain du logement et du développement urbain New York Gates démocrate

Plusieurs Etats membres du Conseil de sécurité ont déclaré à l’AFP, mardi soir, qu’ils n’avaient pas encore reçu le texte français, qui, selon une source diplomatique, serait « bref et simple ».

Un diplomate, s’exprimant sous couvert d’anonymat, a déclaré qu’en plus d’appeler à « la cessation des hostilités », il demanderait « une aide humanitaire pour atteindre les nécessiteux ».