corentino

Je n'ecris pas ces immondes critiques de cinéma

La France restitue au Bénin 26 objets et œuvres d’art pillés

Vingt-six œuvres d’art capturées par les soldats coloniaux français en 1892 sont revenues au Bénin mercredi, signe de longévité. Les nations africaines se battent pour récupérer les artefacts pillés.

Les œuvres, qui comprennent les portes du palais d’Abomi, les trônes royaux et les troupes de danse guerrière, ont été officiellement accueillies au Bénin lors d’une cérémonie présidée par le président Patrice Dallon.

Dalen a reçu les travaux du gouvernement français à Paris mardi.

« Ce retour est un témoignage de ce que nous étions, un témoignage de ce que nous étions avant, un témoignage de ce que nous savons », a déclaré Dalon devant un public comprenant des représentants des familles royales du Bénin.

Les objets seront d’abord conservés dans un musée à Oita avant d’être transférés dans le nouveau musée en construction à Abomi, le site des palais royaux du royaume de Tahomi.

Ce fut le plus grand retour de la France dans l’ancienne colonie, mais il ne représente que 5 000 œuvres récupérées du Bénin et seulement une fraction des dizaines de milliers d’œuvres africaines capturées en France.

On pense aujourd’hui qu’environ 90 % du patrimoine culturel de l’Afrique se trouve en Europe. Le musée Kwai Branley possède à lui seul environ 70 000 objets africains. Environ 46.000 d’entre eux devraient être éligibles à l’expulsion, selon un rapport 2018 commandé par le gouvernement français.

Le rapport recommandait la récupération complète de tous les objets soupçonnés d’avoir été pris de force ou obtenus dans des conditions asymétriques par l’économiste sénégalais Felvin Char et l’historien d’art français Benedict Savoy.

READ  Australie : le ministre français regrette le manque de confiance dans l'alliance britannique | La France

La France a restitué de nombreux autres articles aux anciennes colonies d’Afrique et dit qu’elle envisage de continuer. Mais les avocats du sauvetage, dont Dalon, ont déclaré que le processus était trop lent et limité.

De nombreux musées et gouvernements européens ont renvoyé des œuvres d’art en Afrique à un moment où ses institutions sont aux prises avec les traditions culturelles du colonialisme.

En avril, le gouvernement allemand a annoncé qu’il avait l’intention de restituer l’année prochaine au Nigeria les sculptures en bronze et les reliefs en alliage de cuivre du Royaume du Bénin.