corentino

Je n'ecris pas ces immondes critiques de cinéma

L’Algérie rappelle son ambassadeur en France pour consultation | Nouvelles des migrations

Les relations entre les deux pays sont tendues suite à la décision de la France de réduire le nombre de visas délivrés aux Algériens.

L’Algérie a rappelé son ambassadeur en France pour consultation, dont la cause n’était pas connue dans l’immédiat.

Le bureau du président a déclaré samedi qu’un rapport sur la question serait publié plus tard.

Jeudi, le gouvernement a annoncé avoir convoqué l’ambassadeur de France à Alger suite à la décision de Paris de réduire le nombre de visas délivrés aux citoyens algériens et d’autres pays de la région du Maghreb en Algérie et en Afrique du Nord.

“Nous allons réduire considérablement le nombre de visas”, a déclaré mercredi le ministre français de l’Intérieur Gérald Durman à Paris.

Le nombre de visas délivrés à l’Algérie et au Maroc sera réduit de 50 pour cent, tandis que les visas délivrés aux ressortissants tunisiens seront réduits des deux tiers, a-t-il déclaré.

Le ministère algérien des Affaires étrangères a qualifié cette décision de “décision unilatérale du gouvernement français” pour répondre au refus de la France de rapatrier les immigrants illégaux et les réfugiés renvoyés par Paris.

Action « injuste »

La migration vers les camps conservateurs et d’extrême droite est devenue un enjeu majeur avant la campagne électorale en France.

Mardi, la candidate d’extrême droite à la présidentielle française Marine Le Pen a apporté un soutien mérité à la réduction des visas, mais a suggéré que le gouvernement du président Emmanuel Macron attende longtemps avant de prendre ses fonctions.

Le Pen était le principal candidat de Macron aux élections de 2017 et est considéré comme son principal adversaire.

READ  Emmanuel Macron fait face à une «terrible humiliation» alors que le dirigeant français a été écarté lors d'un événement majeur de l'UE | Politique | Nouvelles

Le ministre marocain des Affaires étrangères a qualifié mardi la décision française de “déraisonnable”.

Nasser Borita a déclaré que son pays avait délivré 400 documents diplomatiques à des Marocains expulsés de France.

“Le problème de la France, nous devons y faire face”, a déclaré Purita lors d’une conférence de presse dans la capitale, Rabat.

La Tunisie a adopté une position générale très harmonieuse. Le bureau du président Guiz Saeed a déclaré : “Nous faisons partie des pays coopérant dans ce domaine et nous entretenons d’excellentes relations avec la France”.