corentino

Je n'ecris pas ces immondes critiques de cinéma

Le championnat du monde de hockey féminin NS a été annulé en raison de préoccupations concernant le COVID-19

Les Championnats du monde féminins de la Fédération internationale de hockey sur glace (IIHF) qui se tiendront en Nouvelle-Écosse pour la deuxième fois ont été annulés.

L’Association internationale de hockey et de hockey du Canada a annoncé mercredi avoir reçu la confirmation du gouvernement de la Nouvelle-Écosse d’annuler les championnats à Halifax et à Truro en raison des craintes du COVID-19.

Les joueurs devaient venir de partout au Canada ainsi que de la République tchèque, du Danemark, de la Finlande, de l’Allemagne, de la Hongrie, du Japon, de la Russie, de la Suisse et des États-Unis pour le tournoi, qui se déroulera du 6 au 16 mai.

Le tournoi a été annulé un jour avant l’arrivée des pays participants et le début de la quarantaine.

“L’environnement en évolution rapide dicte cette décision.”

“Je regrette profondément le court préavis, mais l’environnement en évolution rapide dicte cette décision en faveur de la sécurité des résidents et des participants de la Nouvelle-Écosse”, a déclaré le Premier ministre Ian Rankin dans un communiqué mercredi après le retrait de l’autorisation pour l’événement.

Rankin a déclaré que la province avait travaillé en étroite collaboration avec Hockey Canada pour assurer un Championnat du monde de hockey sûr et réussi, “mais la sécurité des partisans et des participants de la Nouvelle-Écosse est cruciale et est la raison de notre décision.”

Les Championnats du monde de hockey féminin qui devaient avoir lieu à Halifax et à Truro, en Nouvelle-Écosse, ont été annulés en mai en raison de préoccupations concernant le COVID-19. (José Noucari / AFP via Getty Images)

Le nombre de cas de virus en Nouvelle-Écosse a augmenté au cours des deux dernières semaines, avec neuf nouveaux cas de COVID-19 signalés mardi, portant le nombre total de cas actifs à 68.

Les officiels du cabinet du premier ministre se sont entretenus avec Hockey Canada et ont exprimé l’espoir que le tournoi serait reporté en Nouvelle-Écosse à une date ultérieure.

“C’est une nouvelle très décevante à recevoir quelques semaines avant le début du tournoi”, a déclaré René Vasil, président de la Fédération internationale d’architecture, dans un communiqué.

“Nous croyons fermement que nous avons mis en place des mesures de sécurité appropriées pour protéger les joueurs, les officiels, les spectateurs et tous les résidents d’Halifax et de Truro, en nous basant sur l’expérience de l’IIHF et de Hockey Canada d’accueillir les Championnats mondiaux juniors de l’IIHF à Edmonton.”

La Nouvelle-Écosse a imposé mardi des restrictions de voyage qui ont empêché les voyageurs de l’extérieur de la province, de l’Île-du-Prince-Édouard et de Terre-Neuve-et-Labrador d’entrer à moins qu’un voyage ne soit nécessaire ou qu’ils soient résidents permanents de la Nouvelle-Écosse.

‘Une expérience traumatisante’

L’entraîneur Lisa Haley a déclaré que les membres de l’équipe hongroise étaient sur le point de quitter la patinoire après leur entraînement final à Budapest et ont fait leurs valises pour un voyage tôt le matin en Nouvelle-Écosse lorsqu’ils ont appris la nouvelle.

«Ce fut une expérience traumatisante», a déclaré Haley, originaire de Westville, en Nouvelle-Écosse, et elle avait l’air d’être derrière le banc dans sa cour arrière.

“En quelques heures, notre monde entier était à l’envers.”

Haley a déclaré que l’équipe prévoyait de rester ensemble à l’hôtel mercredi soir et de vivre une “gamme complète” d’émotions, alors qu’elles préparaient leurs prochaines étapes.

Les championnats 2020 en Nouvelle-Écosse ont été annulés en raison de la pandémie mondiale. Le tournoi 2021 devait initialement se dérouler du 7 au 17 avril, mais a depuis été reporté dans l’espoir que la situation s’améliorera.

Lisa Haley, entraîneure de l’équipe nationale féminine hongroise, a déclaré que de nombreuses joueuses avaient fait des sacrifices pour se rendre au Championnat du monde féminin 2021 de l’IIHF. (Fédération hongroise de hockey sur glace)

Haley ne peut s’empêcher de se sentir mal pour ses joueurs hongrois, qui doivent naviguer dans des montagnes russes comme celle-ci après leur première montée en première division. Plusieurs femmes cherchaient à prendre leur retraite l’année dernière, mais ont choisi de suspendre les familles et les événements majeurs pour continuer le tournoi.

L’IIHF et Hockey Canada se sont engagés à travailler à la recherche de nouvelles dates pour le tournoi, dans le but d’accueillir l’événement à l’été 2021.

Bien que Haley soit optimiste que leur équipe puisse encore battre la glace au tournoi cette année, elle a déclaré: “Cela n’enlève pas la dévastation que tout le monde ressent en ce moment.”

Haley a également déclaré que si elle respecte la décision de boycott, les restrictions de “resserrement” que les membres du tournoi auraient mises en place semblaient être le meilleur moyen de protéger tout le monde. Elle a indiqué que chaque membre de l’équipe hongroise avait été complètement vacciné et avait été testé à plusieurs reprises pendant la bulle d’isolement de Budapest.

Dr Robert Strang, médecin hygiéniste en chef de la Nouvelle-Écosse, Défendez les mesures de sécurité Et la semaine dernière, elle leur a renouvelé sa confiance lors d’une conférence de presse mardi.

“La bonne décision, autant que je n’aime pas.”

Le plan était de mettre les joueurs en quarantaine individuellement dans leur chambre d’hôtel pendant un nombre indéfini de jours. Après cela, ils peuvent se réunir avec les membres de leur équipe pour répéter et s’entraîner, mais se déplacer «de façon contrôlée» de l’hôtel à la place. Ils n’avaient été exposés à aucun des membres du public.

Le maire de Truro, Bill Mills, espère que la ville pourra encore accueillir l’éventuel championnat féminin de l’IIHF. (Paul Palmeter / CBC)

Le maire de Truro, Bill Mills, a déclaré qu’il n’était pas entièrement surpris de voir l’annonce compte tenu des nouvelles restrictions mardi, mais qu’il s’agit d’une “deuxième déception” dans deux ans.

«Je pense que c’était la bonne décision, autant que je n’aimais pas», a-t-il dit, faisant référence à l’augmentation des cas de COVID-19 impliquant des variantes préoccupantes dans d’autres régions du Canada.

Mills a déclaré qu’il supposait que la Nouvelle-Écosse ne se verrait pas offrir une troisième chance d’accueillir le tournoi cette année, mais il espère que l’événement envisagera un retour en 2022.

Le canton de Truro a dépensé environ 700000 $ pour rénover le Rath Eastlink Center for Cloud Funds et une salle avec des ports de diffusion de haute qualité pour la couverture télévisée, a déclaré Mills, avec de l’argent provenant des réserves municipales et de l’Agence de promotion économique du Canada atlantique.

Mills a déclaré que l’argent était toujours bien dépensé, même sans l’IIHF cette année, car la ville planifie toujours des mises à niveau et est maintenant en mesure d’accueillir d’autres événements sportifs à grande échelle.

L’Association canadienne de hockey a déclaré qu’elle appuyait la décision. Bien qu’elle ne soit pas en mesure d’accueillir l’événement en Nouvelle-Écosse, elle demeure déterminée à accueillir les Championnats du monde féminins cette année.

“Nous explorerons toutes les options pour accueillir l’événement au cours des prochains mois, si cela est sécuritaire”, a déclaré le président de Hockey Canada, Tom Rainey, dans un communiqué.

READ  La France voit des signes de grand succès aux États-Unis alors que l'épidémie ralentit au niveau national (EXCLUSIF)