corentino

Je n'ecris pas ces immondes critiques de cinéma

Le Chemin de fer Canadien Pacifique émet un avis de 72 heures pour fermer Timsters Canada




Presse canadienne

Publié le mercredi 16 mars 2022 à 21 h 35 HNE



Dernière mise à jour mercredi 16 mars 2022 22 h 05 HNE

Calgary – Près de 3 000 employés de Canadian Pacific Railways Ltd. pourraient quitter leur emploi tôt dimanche matin.

CP Rail, basé à Calgary, a déclaré mercredi dans un communiqué qu’il avait émis un avis de 72 heures aux Teamsters de la Conférence ferroviaire canadienne concernant son intention de fermer des employés à 00 h 01 HE dimanche si le syndicat et l’entreprise ne sont pas en mesure d’assister à une réunion négociée. règlement ou accepter un arbitrage exécutoire. .

CB Rail a déclaré avoir fait une offre mardi pour résoudre 26 problèmes en suspens, y compris les principaux problèmes du syndicat liés aux salaires, aux avantages sociaux et aux retraites, par le biais d’un arbitrage définitif et exécutoire.

L’entreprise a déclaré que le syndicat avait rejeté l’offre et continuait de faire des demandes supplémentaires.

« Dans l’intérêt de nos employés, de nos clients, de la chaîne d’approvisionnement que nous servons et de l’économie canadienne qui tente de se remettre des multiples perturbations, nous ne pouvons tout simplement pas prolonger l’incertitude associée à une interruption potentielle des activités pendant des semaines ou des mois », a déclaré CP Rail dans un communiqué. déclaration.

« Le monde n’a jamais eu besoin des ressources du Canada et d’un système de transport efficace pour lui fournir plus qu’il ne le fait aujourd’hui. Retarder une résolution ne fera qu’empirer les choses. Nous prenons cette mesure dans le but de mettre fin à cette incertitude. »

READ  Les ventes du lendemain de Noël menacées en raison des inquiétudes concernant la variante Omicron, selon des experts de la vente au détail

Teamsters Canada a déclaré dans un communiqué que la décision de l’entreprise était attendue et a noté que ses membres avaient voté à 96,7 % pour autoriser la grève.

Le porte-parole des Teamsters, Dave Fulton, a déclaré que le syndicat s’engage à travailler avec les médiateurs fédéraux et à parvenir à un règlement négocié. Il a déclaré que le syndicat était prêt à rester à la table des négociations jusqu’à la date limite de clôture du 20 mars et au-delà.

« A la table des négociations, le Parti communiste continue de rejeter les demandes de nos membres et ne veut pas négocier sur les problèmes qu’ils ont créés », a-t-il déclaré. « Nos membres sont pleinement engagés et seront préparés au cas où le CP mettrait en œuvre l’avis. »

Le syndicat représente environ 3 000 mécaniciens de locomotive et chefs de train, cheminots et travailleurs de triage partout au Canada.

Plusieurs clients de CP Rail ont fait part de leurs inquiétudes quant au potentiel de perturbation des activités à un moment où les chaînes d’approvisionnement sont déjà mises à rude épreuve par la pandémie de COVID-19.

Les fabricants, les expéditeurs de céréales et les agriculteurs canadiens ont tous mis en garde contre les répercussions potentielles à grande échelle.

Le secrétaire au Travail, Seamus O’Regan, a publié une déclaration mercredi soir au sujet de l’avis de fermeture. Il a déclaré que le gouvernement fédéral encourage fortement les deux parties à envisager de faire les compromis nécessaires pour parvenir à une entente équitable pour les travailleurs et l’employeur.

« Notre gouvernement respecte et croit au processus de négociation collective, car nous savons que les meilleures ententes sont celles conclues par les parties à la table de négociation », a déclaré O’Regan.

READ  La Chine exhorte ses citoyens à rester à l'écart de la crypto-monnaie - RT Business News

« Le ministre des Transports Omar Al-Ghubra, nous comprenons les implications d’un éventuel arrêt et surveillons de près la situation. Nous sommes encouragés de voir que les deux parties négocient toujours.

« Nous avons été en contact direct avec les parties, les exhortant à travailler ensemble pour résoudre leurs problèmes et parvenir à un accord le plus rapidement possible, et nous continuerons à le faire. »

Ce rapport a été publié pour la première fois par La Presse canadienne le 16 mars 2022.