corentino

Je n'ecris pas ces immondes critiques de cinéma

Le fabricant français de vaccins Valneva et l’UE ne parviennent pas à rompre leur accord d’approvisionnement

Dans cet exemple pris le 30 octobre 2020, une femme tient un petit flacon étiqueté «Vaccin Corona virus Govt-19» et une seringue médicale. REUTERS / Dado Ruvic / Fichier photo

Fabricant de vaccins français Valneva (VLSPA) Un porte-parole de la Commission européenne a déclaré jeudi qu’il n’avait pas rempli les conditions pour conclure des négociations avec l’Union européenne pour attribuer un contrat avec son candidat vaccin COVID-19.

La biotechnologie française, qui a déjà un accord d’approvisionnement avec la Grande-Bretagne et produit des quantités en Ecosse, a déclaré qu’elle s’était déplacée vers des négociations bilatérales avec les gouvernements suite à l’échec des négociations d’un accord avec l’Union européenne mercredi.

“Lorsque les entreprises veulent intégrer leurs vaccins dans notre portefeuille de vaccins, certaines conditions doivent être respectées”, a déclaré un porte-parole de la commission lors d’une conférence de presse.

Le gouvernement français a mis le feu à la maison pour ne pas avoir obtenu la mesure d’une entreprise locale, après que d’autres grands noms français tels que Sanofi ou le Pastor Institute se soient trouvés dans leurs propres difficultés à produire un vaccin contre le cov.

Un cercle au sein du gouvernement français pourrait envisager de signer par la France un accord bilatéral avec Valneva pour les marchandises au-delà de 2021, mais l’UE ne signera pas son propre accord à moins qu’il ne soit confirmé.

“Ce n’est pas la fin de l’histoire”, ont déclaré à Reuters des sources gouvernementales françaises. Mais de nombreux pays de l’UE craignent que Valneva soit plus pro-britannique que l’UE car ils doutent de ce qu’a fait AstraZeneca.

READ  11e Rendez-vous avec le nouveau cinéma français à Rome

“La peur d’une situation astronomique n’a pas attiré de nombreux Etats membres”, a déclaré la source. “Cependant, les négociations avec l’UE ne sont pas terminées.”

Parmi les conditions citées par l’UE pour ne pas parvenir à un accord plus tôt jeudi, il y avait une protection stricte en termes de protection de la responsabilité, l’efficacité du vaccin et les règles et réglementations strictes en matière de vaccination.

“Après un an de négociations, dans ce cas, l’entreprise n’a pas réussi à remplir ces conditions, ce qui est une des raisons pour lesquelles nous n’avons pas encore trouvé d’accord”, a déclaré un porte-parole de la commission.

L’Union européenne a conclu des discussions d’étude avec une entreprise française en janvier pour fournir jusqu’à 60 millions de doses de son candidat vaccin, dont 30 millions devraient être une option.

Nos standards: Principes de la Fondation Thomson Reuters.