corentino

Je n'ecris pas ces immondes critiques de cinéma

Le français Edenred s’attend à des bénéfices plus élevés en 2022

26 juillet (Reuters) – Edenred, émetteur français de bons et de cartes (EDEN.PA) Visant un bénéfice de base record pour 2022, a-t-il déclaré mardi, il est mieux placé que jamais pour générer une croissance durable et rentable dans le nouvel environnement macro-économique.

Les fournisseurs de bons et de cartes tels qu’Edenred bénéficient d’une inflation élevée car il est probable qu’ils augmentent la valeur nominale maximale des cartes d’avantages sociaux pour faire face à la hausse des prix des denrées alimentaires.

La société prévoit désormais de réaliser un bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement (EBITDA) de 770 millions d’euros (787,25 millions de dollars) et 820 millions d’euros (EBITDA) en 2022. Le groupe visait auparavant une croissance de l’EBITDA de plus de 10 % en 2022.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès gratuit et illimité à Reuters.com

« Les solutions proposées par le Groupe séduisent de plus en plus les clients qui y voient une opportunité d’augmenter le pouvoir d’achat de leurs salariés, d’inciter à des comportements plus responsables ou de renforcer la maîtrise de leurs coûts », a déclaré le PDG Bertrand Dumasi dans un communiqué.

Le cœur de métier d’Edenred, les avantages aux salariés, a généré un résultat opérationnel de 528 millions d’euros au premier semestre et ses titres-restaurant ticketés ont été dopés par les augmentations de valeurs faciales introduites par les clients dans le contexte inflationniste actuel, a indiqué la société.

Edenred, qui aide les entreprises à gérer les coûts et les avantages sociaux des employés et est connu pour ses chèques « ticket restaurant », a enregistré un chiffre d’affaires total de 922 millions d’euros au premier semestre (942,75 millions de dollars), supérieur aux 891 millions d’euros que les analystes avaient prévus dans un consensus compilé par le compagnie. .

Reportage de Diana Mandia ; Montage par Kim Kogil et Uttaresh V

Nos normes : Principes de confiance de Thomson Reuters.