corentino

Je n'ecris pas ces immondes critiques de cinéma

Le juge Clarence Thomas n’enseignera pas le cours GWU cet automne

Le juge associé Clarence Thomas lors d’une photo de groupe des juges de la Cour suprême à Washington, États-Unis, le 23 avril 2021. Erin Schaff/Paul via Reuters

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à Reuters.com

(Reuters) – Le juge de la Cour suprême des États-Unis, Clarence Thomas, n’enseignera pas à la faculté de droit de l’Université George Washington cet automne après que son opinion pro-choix qui a abandonné le droit constitutionnel à l’avortement a suscité un tollé public.

« Le juge Thomas a informé GW Law qu’il n’était pas disponible pour participer à l’enseignement d’un séminaire sur le droit constitutionnel cet automne », a déclaré un porte-parole de l’université dans un communiqué.

Le communiqué indique que l’université « n’a aucune information supplémentaire à partager » quant à savoir si Thomas pourrait fréquenter une faculté de droit à l’avenir.

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à Reuters.com

Un porte-parole de la Cour suprême n’a pas répondu à une demande de commentaire. Thomas enseigne un séminaire à GW Law depuis 2011, selon le journal étudiant GW Hatchet, qui a annoncé pour la première fois que la justice ne reviendrait pas cet automne.

Gregory Mags, un juge de la Cour d’appel des États-Unis pour les forces armées qui devait co-animer le séminaire avec Thomas, n’a pas pu être joint dans l’immédiat.

Mags enseignera le séminaire sans Thomas cet automne, selon un communiqué de l’université.

Les critiques ont fait circuler une pétition en ligne appelant l’université à licencier Thomas après que la Cour suprême a statué en juin dans l’affaire Dobbs contre Jackson’s Women’s Health Organization, qui a laissé la réglementation de l’accès à l’avortement aux États.

READ  Fox News demande à un juge américain de rejeter le procès électoral de 2,7 milliards de dollars | Nouvelles des affaires et de l'économie

La pétition avait reçu plus de 11 000 signatures mercredi après-midi.

Le président de l’université, Christopher Prause, et la doyenne en droit, Dina Bowen Matthew, ont déclaré le mois dernier dans un e-mail à l’échelle du campus que Thomas ne serait pas renvoyé de son poste d’assistant à la faculté de droit, bien que ses opinions ne représentent pas l’université ou sa faculté de droit.

« Comme tous les professeurs de notre université, le juge Thomas jouit de la liberté académique et de la liberté d’expression et de recherche », lit-on dans l’e-mail.

Thomas a déclaré un revenu de 10 000 $ provenant de l’enseignement à la faculté de droit de Washington, DC dans son rapport financier de 2021. De telles divulgations sont requises chaque année pour les juges en exercice de la Cour suprême.

Lire la suite:

La faculté de droit ne licenciera pas Clarence Thomas, malgré le lobbying concernant la décision sur l’avortement

La Cour suprême des États-Unis annule Roe c. Wade, mettant fin au droit constitutionnel à l’avortement

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à Reuters.com

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.