corentino

Je n'ecris pas ces immondes critiques de cinéma

Le parlement français a voté l’interdiction des vols court-courriers

L’Assemblée nationale française, la chambre basse du parlement, a voté en faveur de la loi n ° 2005, qui interdit les vols intérieurs vers les lieux dans un délai maximum de deux heures et demie en train, bien qu’il s’agisse d’une réduction par rapport aux 4 heures d’origine. L’interdiction comprend également les vols entre Bruxelles, la Belgique et Paris, à l’exception des vols qui assurent des correspondances avec des passagers voyageant vers et depuis d’autres destinations.

Flyers américains

Les raisons de cette loi, également connue sous le nom de loi climatique, sont de réduire les émissions de CO2, et le trajet entre Marseille et Paris (vers l’un de ses aéroports) et son arrivée génère 195 kg de CO2 par passager. 4,14 kg de CO2 par passager sur le train à grande vitesse DGV.

La loi montre que 20% du trafic aérien français est exclusivement domestique, entre les villes les plus sûres à bord du train, et que la plupart des aéroports français sont proches des trains à grande vitesse. Le gain de temps est calculé à 2 heures maximum, mais à un coût plus élevé en émissions.

Flyers américains

le Ministre des transports de la France, Jean-Baptiste Debury, Noté:

Nous avons opté pour la porte de deux heures et demie sur le train car 4 heures peuvent poser des problèmes dans certaines régions du pays où la demande est moindre comme le Massif Central. Ce n’est pas juste pour certaines régions du pays. »

La loi fait valoir qu’il faut en moyenne une heure pour arriver et partir des aéroports vers les centres-villes, malgré l’utilisation de notes très faibles; Il est temps d’être avant le départ. Le temps perdu est donc une heure.

En ce qui concerne le service ferroviaire direct, les autorités concluent que les services aériens ne devraient pas être autorisés, citant les règles de l’UE 1008/2008: «L’État membre est responsable de la restriction ou du refus des droits de transport dans les zones connaissant de graves problèmes environnementaux, en particulier lorsque d’autres modes de service fournir un service satisfaisant “.

L’interdiction s’applique aux principales destinations intérieures telles que Marseille, Bordeaux, Nantes, Montpellier et Lyon et aux survols entre les aéroports parisiens Charles de Cole (CDG) et Orly (ORY).