corentino

Je n'ecris pas ces immondes critiques de cinéma

Le Régime de pensions du Canada enregistre une perte de 23 milliards de dollars au cours du trimestre de juin en raison de la volatilité des marchés

L’Office d’investissement du régime de pensions du Canada a déclaré avoir perdu 4,2% au cours de son dernier trimestre, soustrayant 23 milliards de dollars des actifs du fonds.

Cela aurait pu être pire : les trois mois se terminant le 30 juin ont été horribles pour la plupart des investisseurs. Selon RBC I&TS All Plan Universe de la Banque Royale du Canada, les actifs des régimes de retraite à prestations déterminées ont chuté de 8,6 %, à égalité avec le troisième trimestre de 2008 pour la plus forte baisse en 28 ans. RBC a commencé à suivre le rendement des régimes au Canada.

L’indice S&P Global LargeMidCap, une mesure des actions utilisée par l’OIRPC pour 85 % de son portefeuille de référence, a chuté d’environ 13,5 % au cours du trimestre. L’indice FTSE Canada Universe All Government Bond, qui représente les 15 % restants de l’indice, est en baisse de près de 6 %. Cela signifie que l’OIRPC a dépassé le repère négatif de 12,4 % de plus de huit points de pourcentage.

L’OIRPC a terminé le trimestre avec un actif de 523 milliards de dollars, contre 539 milliards de dollars à la fin du trimestre précédent. Les pertes de placement ont été compensées par 7 milliards de dollars de cotisations au Régime de pensions du Canada.

Au début de la pandémie de COVID-19, lorsque les marchés mondiaux se sont effondrés, la composition de l’actif de l’OIRPC a atténué la douleur et le gestionnaire de fonds de pension a perdu beaucoup moins d’argent que l’investisseur boursier moyen. Cependant, l’OIRPC surveille souvent le moment où les marchés boursiers augmentent rapidement, comme il l’a fait au cours de plusieurs trimestres récents lorsque les investisseurs ont secoué leurs craintes de pandémie.

READ  MEG Energy augmente à nouveau ses prévisions de production annuelle après les résultats du troisième trimestre - Business News

Maintenant, de retour aux marchés baissiers, l’OIRPC le surclasse.

« Les marchés financiers ont connu les six premiers mois de l’année les plus difficiles du dernier demi-siècle, et le premier trimestre fiscal du fonds n’a pas été à l’abri de cette baisse généralisée », a déclaré le PDG de l’OIRPC, John Graham, dans un communiqué accompagnant les résultats. « Les conditions commerciales et d’investissement incertaines que nous avons observées au cours du trimestre précédent persistent, et nous nous attendons à ce que ces turbulences persistent tout au long de l’exercice. »

L’OIRPC a déclaré que sa perte était due à la baisse des marchés boursiers, mais que les investissements dans le capital-investissement, le crédit et l’immobilier ont également contribué « modestement ». L’OIRPC a également perdu de l’argent dans des placements à revenu fixe, comme des obligations, en raison des taux d’intérêt plus élevés imposés par les banques centrales pour lutter contre l’inflation.

Les gains des gestionnaires de portefeuille offshore, des stratégies de trading quantitatives et des investissements dans l’énergie et les infrastructures ont eu une contribution positive. L’OIRPC a également enregistré un gain de change de 3,1 milliards de dollars alors que le dollar canadien s’est affaibli par rapport au dollar américain. (La plupart des placements de l’OIRPC sont détenus à l’extérieur du Canada, mais les résultats sont exprimés en dollars.)

Le Régime de pensions du Canada, fondé en 1966, est le principal programme national de retraite pour les travailleurs canadiens. L’OIRPC a été établi par le gouvernement en 1999 pour gérer professionnellement les fonds du régime. Au fil du temps, l’OIRPC a adopté une gestion active, et sa combinaison d’actions, d’obligations, d’immobilier, d’infrastructures, de capital-investissement et d’autres investissements spécialisés a surclassé les marchés publics et son portefeuille de référence.

READ  Ferrari rappelle des voitures de 17 ans

Bien que l’Office fournisse des rapports trimestriels, il souligne son mandat multigénérationnel et souhaite mettre l’accent sur ses rendements à long terme. Le rendement net du plan quinquennal, après déduction des coûts d’investissement, était de 8,7 % au 30 juin. Le rendement net sur 10 ans était de 10,3 %.

Le rendement annuel de l’OIRPC pour les 10 ans terminés le 30 septembre dernier, à 11,6 %, était le chiffre de rendement le plus élevé en 10 ans de son histoire.

Votre temps est précieux. Recevez notre bulletin d’information sur les principaux titres d’entreprise facilement livré dans votre boîte de réception le matin ou le soir. Inscrivez-vous aujourd’hui.