corentino

Je n'ecris pas ces immondes critiques de cinéma

Le SDIF turc obtient gain de cause contre un ex-banquier en France

Les avocats du Fonds d’assurance des dépôts d’épargne de Turquie (SDIF) ont annoncé que l’organe directeur avait remporté deux procès en France contre Erol Aksoy, un ancien banquier reconnu coupable de détournement de fonds, dont les bureaux en France font l’objet d’une injonction temporaire en raison d’une décision en Turquie.

Stephanie Dalit Fino a déclaré à l’agence Anadolu (AA) que le tribunal judiciaire de Paris – un tribunal de première instance – avait rendu une décision exécutive sur les accusations portées contre Aksoy devant deux tribunaux de commerce différents à Istanbul le 6 septembre.

Les deux jugements en Turquie sont donc valables en France, a déclaré l’avocat, ajoutant que le juge français a conclu que les jugements contre Aksoy en Turquie sont en faveur de l’ordre public international français.

Aksoy, l’un des fondateurs de la chaîne privée turque Show TV, a été condamné en 2015 à plus de huit ans de prison pour avoir détourné des dépôts d’Iktisat Bank, l’une des banques qui ont conduit à la crise économique turque en 2001, selon un communiqué du SDIF.

Lorsque la Cour suprême a confirmé la décision l’année suivante, Aksoy s’est enfui.

Dans le protocole de 2006 avec le SDIF, Aksoy a admis qu’il avait une dette de 1 milliard de dollars, mais a fait défaut parce qu’il ne respectait pas les termes du protocole qu’il avait signé.

Le SDIF tente de compenser les pertes générales occasionnées par l’ancien banquier. En outre, le dossier de mise en faillite contre Aksoy est toujours en cours.

Aksoy a affirmé qu’il n’y avait pas d’indépendance judiciaire en Turquie, mais le tribunal français n’a pas été convaincu.

READ  KKR lance une offre publique d'achat non contraignante de 12 milliards de dollars sur Telecom Italia

Il contredit l’affirmation d’Aksoy selon laquelle les tribunaux turcs ont pris parti et pris des décisions injustifiées en présentant les décisions du tribunal turc en sa faveur au tribunal français comme preuve.

Contrairement à ce que prétend Aksoy, le tribunal de Paris a décidé qu’il y avait des justifications dans les deux décisions des tribunaux turcs.

Dans une affaire intentée par SDIF contre Aksoy à New York, aux États-Unis, le tribunal a déterminé qu’Aksoy et sa fille n’étaient pas des témoins fiables en raison de leurs déclarations contradictoires sur la source des fonds.

En attendant, l’injonction provisoire émise par la SDIF contre les appartements d’Aksoy à Paris et sa société au Luxembourg se poursuit.

Le SDIF a gagné son procès aux États-Unis en 2021 après qu’il a été déterminé qu’Aksoy avait acheté un appartement à New York pour sa fille Ida Aksoy avec de l’argent qu’il avait fait sortir clandestinement de Turquie.

L’appartement a été vendu pour 1,7 million de dollars par ordonnance du tribunal et transféré sur des comptes SDIF.

Bulletin quotidien de Sabah

Restez informé de ce qui se passe en Turquie, sa région et dans le monde.

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. En vous inscrivant, vous acceptez nos conditions d’utilisation et notre politique de confidentialité. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité et les conditions d’utilisation de Google s’appliquent.