corentino

Je n'ecris pas ces immondes critiques de cinéma

Le syndicat TTC retire son opposition à la politique de vaccination après la soumission du comité d’entreprise

Quelques semaines après avoir dit à ses membres de ne pas divulguer leur statut de vaccination COVID-19, le syndicat représentant les travailleurs de la TTC a changé de visage le lendemain du jour où l’agence de transport a déposé une demande de transfert à la Commission des relations de travail de l’Ontario.

Dans un message publié mercredi sur le site Web du syndicat, Carlos Santos, président de l’ATU local, a déclaré que le syndicat avait fait entendre son message “fort et clair” et conseillait désormais aux membres de se conformer à la politique de vaccination de la TTC en divulguant leur statut vaccinal. au plus tard le 30 septembre.

Cette décision fait suite à des semaines où le syndicat a conseillé à ses 12 000 membres de faire le contraire et intervient le lendemain La TTC a présenté une demande urgente à la Commission des relations de travail de l’Ontario Il cherche à faire des actions du syndicat une grève illégale.

La politique de vaccination de la TTC, annoncée le 19 août et achevée le 7 septembre, obligeait les employés à divulguer leur statut de vaccination COVID-19 avant le 20 septembre, mais moins de la moitié des employés de la TTC l’avaient fait à cette date.

Dans sa demande au Conseil du travail mardi, la TTC a déclaré que le syndicat et ses lettres étaient responsables du taux de “mauvaise” conformité avec la politique de vaccination et a demandé un cessez et s’abstenir de forcer la section locale 113 de l’ATU à cesser de dire aux employés de non- conformité.

“Leur campagne a un impact et nous disons que dans notre dossier d’hier auprès du conseil d’administration, leur campagne s’efforce de faire taire la réponse que nous obtenons sur la divulgation du cas”, a déclaré jeudi le porte-parole de la TTC, Stuart Green, à CP24.

READ  Vidéo : Forbidden annonce le Mixed Wheel Druid GX Ziggy Edition

Il a noté que la TTC avait cinq groupes syndicaux différents et que seule la section locale 113 du SUT avait conseillé à ses membres de ne pas coopérer.

Alors que le syndicat modifiait son message mercredi, il critiquait le PDG de TTC, Rick Leary, qualifiant son approche de “confrontationnelle” et affirmant qu’il “avait omis à plusieurs reprises de partager des informations vitales”.

“Dans le cas de la politique de vaccination, l’échec du leadership de Leary a conduit à une crise malheureuse et inutile. D’autres agences de transport en commun ont traité le problème de manière réfléchie et logique”, a déclaré Santos dans un communiqué mercredi. “Nous avons fourni des solutions raisonnables, mais l’administration n’a jamais rien fourni d’autre que la politique la plus punitive possible – conçue pour menacer et intimider nos membres.”

Il a déclaré que la TTC refusait d’envisager des tests répétés comme alternative aux vaccinations.

“La vérité est que la plupart de nos membres ont été vaccinés, mais ils sont également très préoccupés par le fait que l’employeur cherche à forcer les travailleurs à subir une intervention médicale sous la contrainte”, a déclaré Santos.

Il a déclaré qu’un certain nombre d’employés de la TTC ne souhaitent pas se faire vacciner pour des raisons systémiques découlant du colonialisme, du racisme, des raisons socio-économiques et des croyances religieuses.

Pour sa part, la TTC a déclaré dans sa demande qu’il y avait peu de réunions où le syndicat a réellement parlé avec la direction et que Santos a refusé les réunions de suivi après l’entrée en vigueur de la politique.

READ  COVID-19: Les films de conduite sont à nouveau autorisés en Alberta

La TTC a déclaré que la politique est nécessaire pour inspirer la confiance du public dans le système de transport alors que la ville continue de faire face à la pandémie.

Green a déclaré plus tôt mercredi que l’opposition à la politique de vaccination rend les travailleurs moins sûrs.

“Donc, la position 113 est curieuse car en même temps, ils disent” ne pas révéler “qu’ils ont un certain nombre d’employés qui travaillent ensemble, qui ne connaîtraient pas la situation de l’autre”, a-t-il déclaré. “C’est une situation très curieuse. Nous préférerions que tout le monde dans le centre de formation technique reçoive le vaccin d’ici la fin octobre, et ce sera obligatoire à ce moment-là.”

Dans un communiqué, le PDG de TTC, Rick Leary, a reconnu le changement du syndicat et a déclaré qu’il espérait que cela conduirait à une meilleure coopération.

“Je veux reconnaître le contraire de M. Santos et de la section locale 113”, a déclaré Leary. “J’espère que cela donnera un nouveau ton à la section locale 113 de l’ATU en travaillant avec nous alors que nous nous efforçons tous d’assurer la sécurité de la TTC et de mettre cette pandémie derrière nous.”

Il a ajouté qu’à la lumière du développement, la commission prolonge la date limite pour que tous les employés de la TTC divulguent leur statut jusqu’au 6 octobre.

Green a déclaré qu’à partir de mercredi, la détection via TTC était d’environ 60%.

L’émission inversée intervient en même temps que la conférence de presse coïncide avec la duplication

Une déclaration de Santos reflétant la position du syndicat a été publiée quelques instants après qu’il devait rejoindre le député indépendant Roman Baber, qui s’oppose au verrouillage et aux vaccinations obligatoires, lors d’une conférence de presse à Queens Park.

Baber a tenu la conférence de presse pour promouvoir son projet de loi, qui empêcherait les travailleurs d’être licenciés ou mis en congé pour leur statut vaccinal ou de la non-divulgation de leur statut vaccinal.

Lorsque Baber s’est levé pour parler, il a déclaré que Santos était venu à Queen’s Park, mais qu’il ne le rejoindrait pas à la conférence de presse sur les conseils d’avocats en raison d’une demande légale de la TTC.

Baber a ensuite publié un communiqué de presse disant que divers syndicats, dont la section locale 113 de l’ATU, soutenaient son projet de loi et incluaient une citation de Santos disant : nourriture sur la table.”

Cependant, un porte-parole d’ATU Canada a publié une version distincte peu de temps après qui aliénait le syndicat de Baber.

«En tant qu’organisation, nous voulons simplement préciser qu’ATU Canada n’a pas été consulté sur cette loi, nous n’avons aucune relation avec le député provincial Roman Baber, et nous ne soutenons pas lui et ses opinions», a déclaré le syndicat dans son communiqué. “Comme nous l’avons dit dans des déclarations dans le passé, nos seules préoccupations sont de consulter et de travailler avec notre employeur sur toute politique d’autorisation de vaccination à l’avenir. Nous encourageons l’éducation et les vaccinations pour soutenir la sécurité de nos membres.

“Nous ne soutenons pas Roman Baber et ses tentatives d’utiliser le mouvement ouvrier pour faire avancer son programme.”

Santos n’a pas encore apporté de clarification sur sa position.