corentino

Je n'ecris pas ces immondes critiques de cinéma

L’économie canadienne stagne alors que les secteurs clés se contractent en mai

L’expansion économique du Canada a montré des signes d’essoufflement en mai et en juin, après un bon début d’année face à une inflation élevée et à des taux d’intérêt en hausse.

Statistique Canada a déclaré vendredi que la production en juin était sur la bonne voie pour une légère augmentation de 0,1 % après s’être arrêtée en mai. Il intervient après trois mois de meilleure croissance entre février et avril, qui ont contribué à soutenir une forte expansion au deuxième trimestre, que l’agence a estimée à 4,6% par an.

Les chiffres brossent le tableau d’une économie qui a dominé la majeure partie du premier semestre, mais qui devrait entrer dans une période de croissance beaucoup plus lente. Les économistes s’attendent à ce que le taux de croissance du Canada ralentisse à moins de 2 % par an au second semestre de cette année et jusqu’en 2023.

« La croissance ne peut pas complètement éviter de freiner le ralentissement de l’économie américaine et la campagne agressive de hausse des taux de la Banque du Canada, alors que nous attendons des tendances plus froides au cours des prochains trimestres », a déclaré Doug Porter, économiste en chef à la Banque de Montréal, dans un rapport. pour les investisseurs.

La Banque du Canada a relevé son taux directeur de référence de plus de deux points de pourcentage depuis mars pour ralentir l’inflation élevée depuis quatre décennies, et devrait le relever d’au moins un demi-point supplémentaire le 8 septembre.

Le chiffre de la croissance au deuxième trimestre était encore plus élevé que le rythme annuel de 4% estimé par la banque centrale plus tôt ce mois-ci, et représente une accélération par rapport à la croissance de 3,1% au premier trimestre – ce qui ne fera que renforcer la confiance que l’économie a besoin de plus. les taux.

READ  La France exhorte Bruxelles à accroître la pression sur le Royaume-Uni concernant les droits de pêche

« La Banque du Canada est toujours sur la bonne voie pour offrir une autre hausse de taux non record lors de sa prochaine réunion », a déclaré Andrew Grantham, économiste à la Banque Canadienne Impériale de Commerce dans un rapport.

Le dollar canadien a peu changé à 1,2822 $ CA pour un dollar américain à 10 h 42 à Toronto. Le rendement des obligations du gouvernement canadien à deux ans a augmenté de deux points de base pour atteindre 2,944 %.

Alors que l’économie mondiale a été durement touchée par la hausse des coûts de l’énergie, le Canada a profité de la hausse des prix du pétrole, des céréales et du gaz naturel. Le rythme soutenu du premier semestre reflète également les effets de la réouverture plus tôt cette année, après les verrouillages stricts liés au COVID l’hiver dernier.

Le Canada a été l’économie du G7 à la croissance la plus rapide au premier semestre de cette année. En revanche, l’économie américaine s’est contractée au cours des deux trimestres.

Les comptes économiques trimestriels complets du Canada ne seront pas publiés avant le 31 août.

L’agence de statistiques a déclaré que la croissance des industries productrices de services a été compensée en mai par une baisse des secteurs producteurs de biens, en particulier la construction et la fabrication. Le secteur de la construction a connu des grèves généralisées au cours du mois.

Les informations anticipées pour juin montrent une reprise dans la construction et la fabrication.

L’estimation médiane d’une enquête Bloomberg auprès des économistes s’attendait à une baisse de 0,2% en mai.