corentino

Je n'ecris pas ces immondes critiques de cinéma

Les paralympiens craignent pour l’avenir des sports d’hiver alors que le changement climatique se propage

émis en :

Zhangjiakou (Chine) (AFP) – Alors que les athlètes handicapés hivernaux se préparent à rentrer chez eux après Pékin, beaucoup craignent les effets du changement climatique dans leur pays d’origine et la faible chute de neige qui pourrait empêcher l’entraînement pour les Jeux de Milan Cortina en 2026.

Alors qu’elle était censée skier pendant la saison de neige traditionnelle de la Norvège l’hiver dernier, Birgit Skarsten ramait encore sur un bateau sur des lacs normalement gelés.

La paralympienne, qui ramait aux Jeux d’été et bobsleigh dans l’édition d’hiver, dit qu’elle est en première ligne pour observer les effets du changement climatique en Norvège.

« Cette année, je n’ai pas pu skier sur de très bonnes pistes jusqu’à fin janvier », a déclaré Skarsten à l’AFP, ajoutant que les chutes de neige normales surviennent généralement en novembre.

« Je chassais au sommet des montagnes. En novembre, décembre, janvier, j’allais de sommet en sommet pour trouver de la neige et ce n’était que de la neige artificielle. »

Alors que les températures augmentent à l’échelle mondiale, le joueur de 33 ans met en garde contre l’avenir des sports de neige.

« Tous ceux qui aiment la neige et tous ceux qui aiment les sports d’hiver devraient se soucier du changement climatique », a-t-elle déclaré.

« Nous avons ramé jusqu’au Nouvel An… c’était fou », dit-elle, notant que les sites d’entraînement aux sports d’hiver se font de plus en plus rares.

Le Dr Martin Rice, directeur de recherche de l’Australian Climate Council, a déclaré que les chutes de neige naturelles et la quantité d’eau disponible pour la neige artificielle diminuent dans le monde entier.

READ  Les Blue Jays embauchent Jake Lamb pour un rendez-vous

« En fait, sur les 21 sites qui ont été utilisés pour les Jeux olympiques d’hiver depuis 1924 et les Jeux paralympiques depuis 1976, seuls 10 auront la ‘convenance climatique’ et les niveaux de chutes de neige naturelles pour accueillir un événement d’ici 2050 », a-t-il déclaré à l’AFP.

Les athlètes portent des T-shirts

Aux Jeux paralympiques d’hiver de Pékin, des épreuves de snowboard nordique et alpin ont eu lieu sur les pistes en utilisant uniquement de la neige artificielle.

Certains des athlètes portaient même des T-shirts tout en pelletant de la neige mouillée alors que les températures atteignaient six degrés au-dessus du point de congélation lors de l’événement de ski de fond de mercredi à Zhangjiakou.

« Vous tirez et vous avez l’impression d’être coincé dans de la colle », a déclaré Skarsten, qui courait en manches courtes.

Brian McIver (C) du Canada se dirige vers la ligne d’arrivée lors de la course masculine de mi-distance sans vue et basse vision lors de l’événement de ski de fond du 12 mars. Lillian SwanrumvaAFP

Les paralympiens se souviennent d’avoir connu des conditions chaudes similaires à PyeongChang 2018 et à Sotchi 2014

Le président du Comité international paralympique, Andrew Parsons, a déclaré que les organisateurs étaient conscients de l’impact croissant du changement climatique, en particulier de la hausse des températures et des problèmes de qualité de la neige.

« Nous devons surveiller comment cela affectera les Jeux paralympiques d’hiver », a-t-il déclaré à l’AFP.

« Nous devons offrir aux athlètes les meilleures conditions et la meilleure expérience », a-t-il déclaré.

Les mouvements olympique et paralympique sont conscients de leur empreinte carbone.

READ  Non préparés dès la première minute, les Oilers n'apparaissent pas dans le match 1

Le Comité international olympique a annoncé qu’il réduirait ses émissions directes et indirectes de gaz à effet de serre de 50 % d’ici 2030.

Il faudrait aussi que les Jeux soient « climatiquement positifs » à partir de 2030.

Effet de préparation

Le Canadien Brian McIver, 42 ans – qui participe au ski de fond pour malvoyants au niveau paralympique depuis Salt Lake City en 2002 – a remarqué des changements dans la configuration de la glace.

« Nous avons certainement constaté une légère différence dans les chutes de neige. De mars à avril, il y avait certaines des plus grosses chutes de neige, mais ce n’est plus le cas », a déclaré McIver à l’AFP, ajoutant que les vents « battaient le toit » à Canmore. , une ville des montagnes Rocheuses, en Alberta, au cours des cinq dernières années.

Les feux de brousse de l’année dernière ont également affecté l’entraînement.

« Nous avons dû voyager à cause des incendies de forêt en Colombie-Britannique – trop de fumée. Et c’est dur pour les poumons », a déclaré à l’AFP le guide de McIver, Russell Kennedy.

Kendall Gretsch de l’équipe américaine – qui a remporté l’or, l’argent et le bronze au biathlon féminin cette semaine – a déclaré que les athlètes avaient été obligées de s’entraîner plus longtemps au Canada parce qu’il n’y avait pas de neige au Montana où elles campaient habituellement.

« Dans les endroits où nous nous entraînons habituellement en hiver, nous avons probablement le moins de neige qui soit », a-t-elle déclaré à l’AFP.