corentino

Je n'ecris pas ces immondes critiques de cinéma

Les particularités du commentaire du football français

La première division de France s’appelle Ligue 1, car elle défie vingt équipes pour le titre décerné en mai chaque année.Kirill Venediktov / Wikimedia Commons

La suspension du football est une discipline stricte. Malgré les critiques excessives du « co-commentateur ne sait pas de quoi il s’agit », ou que le commentateur principal est biaisé, l’art de présenter un match de football télévisé est beaucoup plus difficile qu’il n’y paraît. Bien que la majorité des fans de football engagés puissent le tenir pour acquis, un facteur clé dans la poursuite du commentaire parfait est la maîtrise du langage, et le football a vraiment son propre langage. Quand utiliseriez-vous les mots « pôle de l’axe », « mantra » ou « confiance en soi » ? Quand utiliserez-vous les mètres comme mesure de distance ? L’utilisation appropriée de ces termes est une nécessité absolue dans le monde du commentaire, et donc dans la discussion quotidienne sur le sport.

Mais c’est en anglais seulement. L’opportunité de vivre à Paris cette année m’a ouvert les oreilles sur des particularités de niche similaires aux commentaires sur le football français, et bien que je ne parle aucune autre langue, je suis convaincu que chacun aura ses propres mérites footballistiques. Alors, c’est ce que font les Français quand il s’agit de la langue du football.

L’une des premières différences que je remarque en regardant le football français est l’utilisation de la conjugaison du verbe au singulier après le nom de l’équipe. En termes simples, cela signifie que vous trouverez des phrases comme « PSG une gagné » (Paris Saint-Germain elle a gagné) ou ‘l’OM volonté Tu perds » (Marseille Il est va perdre). Pour tous ceux qui ont déjà regardé des sports américains, cela rappelle beaucoup les commentaires américains.

« Vous n’auriez jamais vu Martin Tyler utiliser ‘BHAFC’ pour parler de Brighton ou ‘NUFC’ pour Newcastle pendant un match »

Ce qui est vraiment intéressant, c’est que c’est grammaticalement correct en anglais et en français. Mais dans les commentaires britanniques sur presque tous les sports, vous ne trouverez jamais cela, et l’entendre d’un commentateur américain semble carrément contre nature. Au Royaume-Uni, vous ne trouverez qu’une conjugaison au pluriel, par exemple : « Man City être En tête de tableau « , » Liverpool Tu as Il a gagné la ligue », même si le club est une entité.

Cependant, ma bizarrerie française préférée est les noms utilisés pour décrire leurs clubs. Tout d’abord, les clubs de football français ont des noms uniques pour commencer. L’ajout le plus courant au nom de l’équipe anglaise est FC. Il est courant, en fait, que nous ne plaisantons plus avec le dire, en supposant qu’il a toujours été là. La situation est similaire en Espagne, où huit des vingt équipes de la Liga utilisent soit le FC, soit le CF. Mais en France, seuls quatre des vingt premiers utilisent le FC.

Il est très fréquent de trouver des variantes telles que Stade (Stade Brestois, Stade de Reims, Stade Rennais), Racing Club (RC Strasbourg ou RC Lens) et Olympique (Marseille et Lyon). D’autres sont le LOSC (Lille), le SCO (Angers) ou l’ESTAC (Troys). En raison de leur nature unique, ces acronymes sont utilisés comme synonymes des clubs eux-mêmes. Par conséquent, il est très fréquent d’entendre des commentateurs parler du « LOSC » (chaque mot comme perdu), « l’OM » ou, mon préféré, « les Scoïstes ». Bien que tout cela semble assez plausible, si vous imaginez appliquer la même logique aux équipes de Premier League, cela semble plutôt étrange. Vous n’auriez jamais vu Martin Tyler utiliser « BHAFC » pour parler de Brighton, ou « NUFC » pour Newcastle pendant un match.

« Le commentaire français m’a choqué, d’un point de vue neutre, car il est remarquablement biaisé »

De même, les commentateurs français sont remarquablement friands de surnoms. Bien qu’il se trouve certainement au Royaume-Uni, il est relativement rarement utilisé. Bien sûr, cela varie. Par exemple, vous n’utiliseriez probablement pas le mot « Wolves » à la place de « Wolverhampton Wanderers », mais des surnoms comme « Red Devils » sont généralement réservés aux articles écrits car « Manchester United » a été utilisé à plusieurs reprises. C’est à peu près le cas en France, où certains surnoms ont été entendus plus que d’autres. Par exemple, « Les Dogues » (Lille) est une sauvegarde courante pour « le LOSC » et « Les Canaris » (Nantes) est également largement utilisé. Mais là où cela devient le plus amusant dans les commentaires français sur le football anglais, où la sensibilisation aux surnoms populaires ou redondants semble quelque peu faire défaut – Manchester City sera appelé, presque sans faute, « Les Cityzens », qui est le nom qui, franchement , ignorait son existence.

Mais peut-être que le surnom le plus courant en France est celui de base, mais c’est certainement une surprise pour l’oreille anglaise. Souvent, l’équipe sera désignée comme le lieu d’origine ou de nationalité. Par exemple, vous entendrez probablement Lens appelé « les Lensois » ou le PSG « Les Parisiens ». Bien que cela soit très courant dans les commentaires anglais sur le football international (par exemple « Allemands »), c’est presque du jamais vu dans le football de clubs. Imaginez entendre Manchester United décrit comme des « Manconiens » ou Norwich comme des « Anglais de l’Est ». Le mieux est que ces adjectifs sont utilisés pour décrire plus que la simple différence. En fait, il est incroyablement courant de trouver des expressions comme « la frappe monégasque » (le tir de Monaco), « le centre niçoise » (la croix de Nice) et « l’attaque angevine » (l’attaque d’Angers). Ceux-ci pourraient également s’appliquer aux équipes d’autres pays, comme avec l’expression « madrilène » (de Madrid), mais je n’ai pas encore entendu de versions anglaises.

Enfin, le commentaire français m’a choqué, d’un point de vue neutre, car il est remarquablement biaisé. Bien sûr, dans certains contextes, le commentaire britannique peut être biaisé, par exemple lorsque vous jouez dans un pays d’origine. Quand il s’agit de football de clubs, c’est strictement interdit. Si c’est certainement le cas pour le football national français, ce n’est certainement pas le cas dans les compétitions continentales. Le match de Ligue Europa entre Galatasaray et Marseille fin septembre, par exemple, a été un match nul 0-0 très difficile, et à dix minutes de la fin, les commentateurs sont devenus clairs dans leur affiliation. Lorsque Marseille a récupéré le ballon, le « ouiii » est venu du co-commentateur. Après avoir fait une touche, il a crié « vite, vite, jouez messieurs » (vite, vite, joue messieurs) ; Et quand Galatasaray a perdu la possession, il a dit « Balloon Rendo, Mercy » (la balle est retournée, merci beaucoup). Certainement en dehors des limites de la neutralité de la radiodiffusion britannique.

Ce sont les particularités de commenter le football français. À leur grande surprise cependant, j’imagine que la nature unique de la langue du football britannique offre la même quantité de divertissement pour ceux qui se trouvent dans des pays étrangers. Je dirais que nous pourrions apprendre une chose ou deux de nos voisins continentaux, mais de façon réaliste, le langage du football ne va pas changer de si tôt.

READ  Le plus récent restaurant d'EPCOT ouvre enfin les réservations pour le dîner !