corentino

Je n'ecris pas ces immondes critiques de cinéma

Les Pays-Bas peuvent attirer les chômeurs en France et en Espagne pour résoudre le problème des pénuries de main-d’œuvre

La ministre des Affaires sociales et de l’Emploi, Karen van Jennip, aime l’idée d’attirer des jeunes chômeurs de France ou d’Espagne pour travailler aux Pays-Bas, qui font face à des pénuries de personnel dans presque tous les secteurs. Elle a déclaré dans une interview au journal que les travailleurs migrants représentent une grande partie de l’économie néerlandaise un d. « Je ne peux pas imaginer que nous pourrions gérer l’économie sans eux. »

« Il y a un taux de chômage très élevé chez les jeunes en France, surtout dans les banlieues. J’imagine qu’on investit dans ces Français ou Espagnols qui ont abandonné l’école pour leur permettre de travailler ici dans l’hôtellerie ou le jardinage », dit Van Genip. Mais elle a ajouté que son premier objectif était « le million de Néerlandais qui sont toujours sur la touche » qui cherchent du travail ou veulent plus de travail.

Rits de Boer, de l’Inspection des affaires sociales et de l’emploi, a récemment proposé de stopper l’arrivée de travailleurs migrants pendant que les autorités s’attaquent aux abus qui les entourent. L’inspection enquête sur des informations selon lesquelles des dizaines de travailleurs migrants dorment dans de petites pièces pliées en lits superposés. Ou les ouvriers du bâtiment qui font tout sur place : cuisiner, manger, dormir, travailler. Ou les réfugiés ukrainiens risquent de lourdes amendes s’ils se plaignent de leurs conditions de travail dans les serres du Westland.

Van Jenep convient qu’il faut lutter contre les abus, mais l’économie néerlandaise ne fonctionnera pas sans les travailleurs migrants, a-t-elle déclaré. « Nous avons environ un demi-million de travailleurs migrants aux Pays-Bas, 800 000 à 900 000 tout au long de l’année, car tout le monde ne reste pas ici toute l’année. Il y en a beaucoup, c’est vrai. Mais notre économie repose aussi en grande partie sur la main-d’œuvre migrante. Vous. Ils ne peut plus voir un Pays-Bas séparé autour d’eux ».

READ  Specialized annonce la chaussure VTT ultra-légère 232g

Van Genip travaille sur plusieurs lois pour lutter contre les violations, dont une qui exige des contrats de travail et de location distincts. Ainsi, les travailleurs migrants ne perdent pas leur logement s’ils quittent leur emploi. Il souhaite également que les agences de recrutement obtiennent des permis avant de pouvoir travailler avec des travailleurs migrants. Cette loi devrait entrer en vigueur en 2025.

« Il faut beaucoup de temps pour faire des lois. Et certainement, une loi comme celle-ci devrait être bonne. Parce que si elle est laissée quelque part, les gens chercheront toujours des failles. Mais mon point est : nous devons le faire correctement. Je pense qu’il est possible », a déclaré le ministre. .