corentino

Je n'ecris pas ces immondes critiques de cinéma

Les radiodiffuseurs français se mettent en grève pour financer la baisse des craintes – Date limite

Les travailleurs des chaînes publiques françaises France Télévisions, Radio France et France Média Monde devaient faire grève aujourd’hui pour protester contre les projets du gouvernement de supprimer progressivement les redevances de télévision qui financent traditionnellement leurs services.

Depuis le petit matin, la chaîne d’information en continu de France Info rediffuse les reportages vedettes avec une lecture fluo de la chaîne perturbée par le mouvement, tandis que son équivalent radio diffuse de la musique plutôt qu’un flux constant d’informations. La chaîne publique française 2, qui diffuse en direct, a rediffusé des extraits de son émission matinale Télématin.

Des milliers de travailleurs de la télévision et de la radio devraient manifester devant le bâtiment de l’Assemblée nationale dans le centre de Paris plus tard dans la journée.

La redevance TV, actuellement de 138 euros (146 $) par foyer, aide à financer les radiodiffuseurs publics et les stations de radio, mais le gouvernement veut la remplacer par un budget pluriannuel.

Le président Emmanuel Macron a annoncé la mesure lors de sa campagne électorale de mars, alarmant le secteur audiovisuel du pays.

Les autorités ont confirmé que la suppression des frais n’entraînera pas de réduction du financement, mais les syndicats – dont la CGT, la CFDT, FO, le SNJ, le SUD, l’Unsa, la CGC et la CFTC – affirment que cette décision laissera 3,7 milliards d’euros (3,9 milliards de dollars) en le trou de financement.

Le gouvernement prévoit de faire avancer cette mesure dans le cadre d’un prochain projet de loi visant à lutter contre la crise du coût de la vie, qui devrait être soumis au vote parlementaire le 6 juillet. Si le projet de loi n’est pas adopté, la redevance restera en place pour le moment.

READ  Éloge : la version non brûlable de The Handmaid's Tale rapporte 130 000 $ | Margaret Atwood

Outre les inquiétudes concernant l’avenir des licences de télévision, les employés de la radio d’État sont également préoccupés par les projets de fusion de France Télévisions, Radio France, France Médias Monde et l’INA à partir de 2025 en une seule entreprise publique appelée France Médias.

Si la suppression progressive des frais de licence est adoptée le 6 juillet, les syndicats craignent que ces plans de fusion ne s’accélèrent.

« La radio publique emploie non seulement des dizaines de milliers de personnes dans le secteur audiovisuel français, mais commande également une grande majorité de films et de programmes produits par des producteurs indépendants », a déclaré William Monnier, secrétaire général du syndicat français SNRT-CGT Audiovisuel. Responsable du secteur européen chez UNI Media, Entertainment & Arts.

« Mais ce n’est pas seulement une question d’emplois ou de financements, il s’agit de préserver l’indépendance des médias français, il s’agit de la pluralité des programmes et de notre diversité culturelle. L’audiovisuel public est au service de toutes les couches de la société et c’est pour cela que nous nous battons ». .”

UNI Media, qui représente 500 000 travailleurs des secteurs des médias, du divertissement et des arts dans le monde, Il dit que ce qui se passe en France fait partie d’une tendance plus large des gouvernements qui tentent de définancer ou de démanteler la radiodiffusion publique à travers l’Europe.

L’autorité a noté les tentatives récentes du gouvernement flamand de réduire le financement du radiodiffuseur public de langue flamande VRT. Il propose de geler les droits de licence au Royaume-Uni, de privatiser Channel 4 et de réprimer la liberté éditoriale en Pologne, en Hongrie et en Slovénie.

READ  L'acteur de "Yellowstone" a déclaré qu'il n'assisterait pas aux SAG Awards en raison des règles sur les vaccins

« Dans de nombreux pays, il y a une pression pour réduire la taille de la radiodiffusion publique, qui est considérée comme une épine dans le pied des politiques gouvernementales. Ensuite, nous voyons le risque d’utiliser le financement pour discipliner ou limiter le rôle des diffuseurs de services », a déclaré Johannes. Staudinger, président d’UNI Médias, spectacles et arts.

Et il a poursuivi, « saper la radiodiffusion publique réduit l’espace civique pour tous ». « La redevance donne aux radiodiffuseurs publics la liberté nécessaire pour remplir leur mission de soutien des communautés et de la diversité culturelle, ainsi que pour fournir des reportages de haute qualité, fiables et impartiaux, ce qui est particulièrement important à une époque de montée du nationalisme et des fausses nouvelles. »

Uni Media est la branche médias et divertissement d’Uni Global Union qui représente plus de 20 millions de travailleurs dans divers secteurs à travers le monde.