corentino

Je n'ecris pas ces immondes critiques de cinéma

Les rivaux présidentiels français modifient la campagne contre l’épidémie

PARIS (AP) – Le candidat conservateur à l’élection présidentielle française a déclaré mardi qu’il adapterait sa campagne aux conditions contagieuses, en se concentrant sur les médias sociaux et en évitant les grands rassemblements d’électeurs en faveur de rassemblements plus restreints.

Comme la candidate républicaine Valerie Beckress, d’autres candidats aux élections d’avril se demandent comment aborder les électeurs au milieu de l’épidémie.

« Cette campagne ne ressemble à aucune autre », a déclaré Beckress, qui a ouvert son QG de campagne à Paris.

Il a précisé que selon la règle actuellement applicable aux activités culturelles, la limite maximale de 2 000 personnes serait respectée à l’intérieur de la maison. Une preuve de vaccination lors des rassemblements sera également demandée.

La France a enregistré un nombre record d’infections ces derniers jours, principalement en raison de la variante très contagieuse d’Omigran.

Le Conseil constitutionnel a déclaré que les restrictions COVID-19 ne s’appliquent pas aux activités politiques afin de garantir l’intégrité de la campagne. Ainsi, l’application ou non des règles liées au virus dépend de chaque candidat à la présidentielle.

« Nous appliquerons les règles qui s’appliquent à la vie normale et quotidienne des Français, et j’espère que ce sera une bonne décision, même si cela nous inflige une amende », a déclaré à l’Associated Press Otman Nasro, porte-parole de la campagne Beckress. .

Le parti centriste du président Emmanuel Macron devrait briguer un second mandat, affirmant qu’il respecterait la limite de 2 000 personnes. La candidate socialiste Anne Hidalgo et le candidat du Parti vert Yannick Jadot ont déclaré qu’ils aimeraient organiser de plus petits rassemblements.

READ  La bague française passe au test Wallace | Horaires de Canberra

Les candidats d’extrême droite et d’extrême gauche se sont déclarés opposés à une limite aussi stricte. Cependant, Marine Le Pen, la cheffe du Rassemblement national, a reporté un grand rassemblement prévu de la mi-janvier à février en raison de la situation du COVID-19.

Pendant ce temps, l’approbation de la loi sur l’admission des vaccins, qui autorise les titulaires de lieux et de réunions, a été retardée.

Le gouvernement veut autoriser l’accès à des lieux tels que les restaurants, les théâtres, les théâtres, les musées et les sites sportifs uniquement à ceux qui ont été complètement vaccinés. Le laissez-passer sera également requis pour les trains et les bus entre les régions et sur les vols intérieurs.

Les législateurs de gauche et de droite de l’éventail politique se sont rassemblés pour voter contre le projet de loi lundi soir, alors que de nombreux membres de la majorité centriste de Macron ne se sont pas présentés. Le débat doit reprendre mardi soir.

Le projet de loi devrait être approuvé plus largement, mais plus tard que prévu – un revers pour le gouvernement, qui veut mettre en œuvre la mesure à la mi-janvier.

Plus de 90 % des adultes français sont vaccinés.