corentino

Je n'ecris pas ces immondes critiques de cinéma

Les talibans émettent l’ordre de ne pas raser les barbiers dans la province d’Helmand, en Afghanistan

Lundi, les talibans ont interdit aux salons de coiffure d’une province du sud de l’Afghanistan de se raser ou de tailler la barbe, affirmant que leur décret était conforme à la loi islamique.

L’ordre a été émis dans la province d’Helmand par le gouvernement provincial adjoint et le département de la vertu des barbiers à Lashkar Gah, la capitale provinciale.

« Depuis que j’ai entendu [about the ban on trimming beards] « J’ai le cœur brisé », a déclaré Bilal Ahmed, un habitant d’Askar Gah. “C’est la ville et tout le monde suit son mode de vie, donc ils devraient être laissés seuls pour faire ce qu’ils veulent.”

L’histoire continue sous l’annonce

Au cours de leur précédent règne sur l’Afghanistan, les talibans ont adhéré à une interprétation stricte de l’islam. Depuis qu’ils ont envahi Kaboul le 15 août et repris le contrôle du pays, le monde regarde pour voir s’ils rétabliront leur régime strict à la fin des années 1990.

Certaines indications sont venues samedi lorsque des combattants talibans ont tué quatre ravisseurs présumés puis suspendu leurs corps sur des places publiques de la ville de Herat, dans l’ouest du pays.

« Si quelqu’un enfreint la règle [they] L’ordre délivré aux barbiers indiquait: «Il n’était pas immédiatement clair à quelles sanctions les barbiers pourraient encourir s’ils ne respectaient pas la règle de non-rasage ou de coupe.

Sous le précédent régime taliban, les islamistes conservateurs exigeaient que les hommes se laissent pousser la barbe. Depuis son éviction du pouvoir après l’invasion menée par les États-Unis en 2001, les barbes rasées ou parfaitement taillées sont devenues monnaie courante dans le pays.

READ  République tchèque en difficulté après avoir voté après que le président est tombé malade | actualités politiques

Jalaluddin, le propriétaire du salon de coiffure, qui utilise un nom comme beaucoup d’Afghans, a déclaré qu’il espérait que les talibans reconsidéreraient leurs demandes.

“Je demande à nos frères des talibans de donner aux gens la liberté de vivre comme ils le souhaitent, s’ils veulent que leur barbe ou leurs cheveux soient coupés”, a-t-il déclaré. “Maintenant, nous avons quelques clients qui viennent nous voir, ils ont peur, ils ne veulent pas qu’on leur coupe les cheveux ou la barbe, alors je leur demande de les laisser partir, afin que nous ayons notre entreprise et que les gens puissent venir nous voir librement.”

Sher Afzal, un autre propriétaire de salon de coiffure, a déclaré que la décision était préjudiciable aux résultats. “Si quelqu’un vient se couper les cheveux, il nous reviendra après 40 à 45 jours, ce qui affecte notre entreprise comme toute autre entreprise”, a-t-il déclaré.

L’histoire continue sous l’annonce

Nos bulletins Morning Updates et Evening Updates ont été rédigés par les rédacteurs du Globe, vous donnant un résumé concis des principaux titres de la journée. Inscrivez-vous aujourd’hui.