corentino

Je n'ecris pas ces immondes critiques de cinéma

L’Union perd une offre pour empêcher la TTC d’appliquer la politique de vaccin contre le COVID-19

Le plus grand syndicat de la TTC a perdu sa candidature pour bloquer une politique de vaccination contre le COVID-19 qui pourrait mettre des milliers d’employés en congé sans solde.

Plus tôt ce mois-ci, l’ATU 113 locale a demandé à la Cour suprême de l’Ontario d’émettre une injonction bloquant la mise en œuvre de la politique de vaccination obligatoire jusqu’à 60 jours.

À l’époque, le syndicat a soutenu que la pause donnerait au vérificateur le temps de se prononcer sur le grief de la politique.

Dans un communiqué de presse publié samedi, l’ATU a confirmé le rejet de sa demande par le tribunal.

« Nous sommes profondément déçus par la décision du tribunal de rejeter notre demande de suspension des travaux de la politique de vaccination obligatoire à la TTC », a déclaré Carlos Santos, président de la section locale 113 de l’ATU, dans un communiqué.

« Nous pensons que la politique de la TTC consistant à suspendre et à licencier les travailleurs non vaccinés est injuste et sera invalidée par l’arbitrage. Alors que j’avais espéré que le tribunal mettrait fin à cette politique pendant que nous nous battons en arbitrage, je suis convaincu que nous finirons par l’emporter. « 

Les employés de la TTC ont jusqu’au 20 novembre pour recevoir deux doses du vaccin COVID-19. À ce jour, 90 pour cent des 15 061 employés de l’agence de transport en commun ont divulgué leur statut.

Selon la TTC, les employés qui n’ont pas été vaccinés ou qui n’ont pas partagé leur état à la fin du 20 novembre seront placés en congé sans solde jusqu’à ce qu’ils reçoivent leurs vaccins. Les employés peuvent être licenciés s’ils ne se conforment pas au 31 décembre.

READ  Les économies du G7 pourraient perdre près de 5 000 milliards de dollars par an d'ici 2050 en raison du changement climatique (étude)

On ne sait pas combien d’employés bénéficieront d’un congé sans solde à partir de dimanche, mais Santos a déclaré à CTV News Toronto qu’il savait que moins de 2 000 travailleurs seraient touchés.

« Ils sont environ 1 200 opérateurs et 500 ou 600 membres du personnel de maintenance, ce qui varie selon une variété d’emplois », a-t-il déclaré, ajoutant qu’il ne demandait pas aux membres pourquoi ils ne voulaient pas de vaccin COVID-19.

« Nous encourageons la vaccination, nous savons qu’elle réduit les risques, mais en fin de compte, nos membres doivent prendre la décision eux-mêmes. »

En raison d’une éventuelle pénurie de personnel, la TTC a réduit le service sur plusieurs itinéraires à partir du 21 novembre.

« Je tiens à remercier tous les employés qui se sont conformés à la politique et je tiens à remercier tous nos clients pour leur soutien. Ensemble, nous y parviendrons », a déclaré le PDG de TTC, Rick Leary, dans un communiqué samedi.

« Nous savons que la vaccination est l’une des choses les plus importantes que les gens puissent faire pour mettre la pandémie derrière nous. Et en tant que service essentiel, nous avons besoin que le TTC soit un endroit sûr pour tout le monde.

Santos a déclaré que l’injonction ne concernait pas les vaccinations, mais la création d’emplois « tout en préservant la santé publique ». Pour ce faire, il propose de mettre en place un système de test COVID-19 pour les employés non vaccinés similaire à ce qui se fait avec Mississauga Transit et Brampton Transit.

« Nous pensons qu’au lieu de licencier des travailleurs et de réduire les services, la TTC devrait proposer des tests réguliers au petit pourcentage de travailleurs qui ne souhaitent pas recevoir le vaccin », a-t-il déclaré.

READ  Diplôme incomplet du XV pour la France

«Non seulement nos membres sont incapables de fournir de la nourriture à table pour leurs familles, mais ils ne desservent plus les citoyens de Toronto avec les transports en commun et causent en fait une crise plus grave et de plus grands risques pour la santé et la sécurité en ce moment avec moins de service et plus de surpopulation.

Santos a déclaré que l’ATU continuera à lutter contre la politique à travers le processus d’arbitrage.