corentino

Je n'ecris pas ces immondes critiques de cinéma

Macron a salué le rôle de la France dans la lutte pour une réforme mondiale de l’impôt sur les sociétés

Le président français Emmanuel Macron a parié sur la demande de crédit partiel de la France à l’accord international sur l’impôt mondial sur les sociétés, que les dirigeants des sept pays les plus riches du monde ratifieront lors du sommet du G7 à Cornouailles ce week-end.

“La France se bat depuis quatre ans pour corriger la profonde injustice” de l’économie internationale, a déclaré Macron aux journalistes à l’Elysée. Cette injustice vient du « fait que les grands groupes font des super profits parce que l’activité numérique leur permet de s’améliorer pour qu’ils ne paient pas leur juste part d’impôts ». C’était “inexplicable pour nos contribuables et nos compatriotes, et injuste pour nos entreprises… Nous avons mis en œuvre ce programme. Nous nous sommes battus pour cela”.

Macron a accusé l’administration Trump d’avoir bloqué les efforts visant à mettre en place un régime international d’imposition des sociétés par le biais de l’Organisation de coopération et de développement économiques pendant quatre ans. Il a dit que la France a mené la même bataille auprès de l’Union européenne. De nombreux États membres, comme la France, ont imposé des impôts nationaux sur les bénéfices des géants du numérique dans leurs pays “à l’avenir. C’est ce que la France a fait. Elle est à l’aise avec cela”.

Pénalités

L’ancien président américain Donald Trump a imposé des sanctions sur le vin français et un certain nombre d’autres produits français en réponse. Macron a qualifié les entreprises françaises touchées par “les victimes collatérales de notre sens des responsabilités” et a déclaré qu’il était important de se souvenir et de les remercier “alors que nous remportons une victoire pour cette taxe internationale”.

READ  La France enquête sur la fortune du patron de la Banque centrale du Liban

L’administration Biden a suspendu les sanctions imposées par M. Trump mais ne les a pas officiellement levées. “Il n’y a plus de différend commercial puisque nous sommes tous d’accord”, a déclaré Macron. Il a ajouté que la nouvelle administration américaine “partage la plupart de nos convictions”.

Macron s’attend à ce que la France gagne entre 5 et 10 milliards d’euros par an du nouveau système fiscal international pour les entreprises, tandis que les économies européennes devraient gagner environ 50 milliards d’euros. Il a déclaré que l’accord entrerait en vigueur « vers 2025 ». D’autres responsables ont cité un délai plus court.

Pendant ce temps, le ministre des Finances Paschal Donohue a déclaré que le Trésor pourrait perdre 2 milliards d’euros par an.

Macron a déclaré que l’accord “complète le travail commencé au moment de la crise financière de 2008-2010” qui avait mis fin au secret bancaire plus tôt. « C’est une avancée formidable vers une mondialisation plus juste et plus efficace.