corentino

Je n'ecris pas ces immondes critiques de cinéma

Manifestation d’Air Canada : demande le limogeage du PDG en raison de ses compétences en français

MONTRÉAL – Des manifestants sont descendus samedi au siège social d’Air Canada à Montréal, en colère contre l’incapacité du PDG Michael Russo à parler français.

« La Société Saint-Jean-Baptiste (SSJB) de Montréal demande plus que des excuses du président et chef de la direction d’Air Canada, M. Michael Rousseau », ont déclaré les organisateurs de la manifestation, ajoutant qu’ils demandaient le retrait de Rousseau de la compagnie. .

Le SSJB note que le Plan d’action linguistique d’Air Canada indique que la compagnie aérienne est fière d’offrir des services dans les deux langues officielles et est un chef de file parmi les entreprises canadiennes dans la promotion du bilinguisme.

« M. Rousseau ne fait pas preuve d’un réel leadership en matière de bilinguisme, cela va à l’encontre de sa propre politique linguistique », affirme la SSJB. « En tant qu’anglophone monolingue, il ne peut plus assumer le poste de président et chef de la direction.

Une centaine de manifestants se sont rassemblés un samedi après-midi pluvieux pour soutenir le stand de la SSJB.

« Le fait qu’il soit possible pour une personne unilingue anglaise d’atteindre le plus haut poste de direction d’une entreprise canadienne dont le siège social est au Québec est insondable », a déclaré Mary Ann Alban, présidente de la SSJB.

Rousseau a prononcé un discours de 26 minutes presque exclusivement en anglais à la Chambre de commerce de Montréal la semaine dernière.

Rousseau, qui vit à Montréal depuis 14 ans, a déclaré qu’il « a pu vivre à Montréal sans parler français et je pense que c’est un témoignage de la ville de Montréal ».

READ  Les autorités évaluent le coût de la fermeture des frontières de l'UE aux touristes américains

Il a également déclaré qu’il n’avait tout simplement pas le temps d’apprendre la langue.

Rousseau s’est excusé un jour plus tard, exprimant le désir d’améliorer ses compétences en français.

« Je ne voulais en aucun cas manquer de respect aux Québécois et aux francophones de tout le pays. Je m’excuse auprès de ceux qui ont été offensés par mes propos. »

Dans une lettre écrite en français aux employés d’Air Canada, Rousseau a déclaré qu’il « regrettait » les commentaires qu’il avait tenus de ne pas pouvoir parler ou comprendre l’une des langues officielles du Canada, alors qu’il vivait au Québec depuis 14 ans.

« Les gens qui me connaissent bien savent que ces mots ne reflètent pas mes valeurs et croyances », a-t-il déclaré. « J’accepte et accepte les critiques personnelles. Cependant, la critique de nos employés et de nos pratiques me blesse profondément lorsque vous travaillez si dur pour servir nos clients. »

Rousseau a poursuivi en affirmant qu’il avait engagé un professeur particulier et que « l’apprentissage du français » avait déjà commencé.

En outre, il a déclaré que les pratiques linguistiques officielles de l’entreprise seront revues et renforcées.

« Je superviserai personnellement ce processus pour m’assurer que toutes les mesures requises sont mises en œuvre », a déclaré Russo.

– Avec des fichiers de CTV Rachel Lau