corentino

Je n'ecris pas ces immondes critiques de cinéma

Rotation

Louvain, Belgique (Reuters) – Le Français Julian Alabilip a conservé son titre de course sur route chez les hommes avec une attaque implacable en finale des Championnats du monde de cyclisme, remportant une performance d’équipe remarquable dimanche.

Il a fait un pas décisif dans la courte montée vers le Sindh Antoniousberg, à 17 km de la ligne d’Alep, et n’a pas regardé en arrière, devenant seulement le septième coureur à remporter des titres consécutifs.

Après que les Français aient battu leurs adversaires, notamment les Belges, et terminé les mains vides, Albilip a profité de la tactique de l’équipe.

L’instinct d’Alabilip a également fait la différence, le Néerlandais Dylan Van et le Danois Michael Walkren terminant respectivement deuxième et troisième.

“Les fans m’ont dit de ralentir en finale, ils n’avaient pas de bons mots.

“Je voulais le secouer. Je ne pensais pas qu’il resterait à la fin.”

Bien que les premières attaques des Français aient fait partie du plan, il n’y a eu aucun mouvement retardé par l’Alabilip.

Déception de l’AERT

“J’ai dit à Julian de suivre les attaques et ensuite de prendre l’action inverse. Il a fait le contraire, il a attaqué plusieurs fois. Donc son instinct était de parler. Il m’a fait peur quand même, stupide”, a déclaré le manager de l’équipe Thomas Wokler.

Benoit Cosnefroy a été le premier coureur notable à franchir le 180km d’attaque, à user ses rivaux et à éviter une arrivée au sprint qui favorise le Néerlandais Mathieu van der Boyle, Van Airt ou l’Italien Sony Colbrali.

Valentine Maduas a ensuite accéléré le rythme, et il a formé une équipe d’une dizaine de coureurs Breakway, dont le talentueux Remco Evepoil, 21 ans.

READ  Fujio est poursuivi en France dans le cadre du 'Dieselgate'

Mais le jeune Belge a sacrifié ses propres chances pour Van Eird, qui a terminé 11e car il n’avait pas de jambes pour suivre l’albinos.

Alabilip, qui avait déjà été attaqué, a tenté de se rendre seul dans les montagnes de Vision Press, mais cette tentative a été déjouée, et lorsqu’il est retourné à Sindh Antonisburg, un groupe de favoris a été mis en pièces.

Quatre personnes – Van Barley, Walkren, Jasper Steuavan de Belgique et l’Américain Nielsen Powell – étaient à 10 secondes derrière et il semblait qu’Albilip allait être rattrapé. Mais le Français a retrouvé son second souffle en finale, devenant le premier homme à conserver son titre après que le Slovaque Peter Sagan a remporté son troisième maillot arc-en-ciel en 2017.

Après une course de 268,3 km entre Anvers et Louvain, Alblip a déclaré : “Je suis venu ici soulagé de savoir que j’avais de bonnes jambes. Mais je n’ai même jamais rêvé que je gagnerais à nouveau un maillot arc-en-ciel.”

Sur les 180 partants, seuls 68 ont terminé le parcours, qui a été entaché d’accidents précoces, qui ont également mis fin aux chances du champion 2019, Mats Pederson.

(Rapport de Julian Brittot ; édité par Hugh Lawson)