corentino

Je n'ecris pas ces immondes critiques de cinéma

Un journaliste afghan fuyant Kaboul et attendant de venir au Canada

TORONTO/DOHA – Un journaliste afghan, maintenant au Qatar, raconte son évasion de l’Afghanistan et ses attentes pour sa vie une fois qu’il sera réuni avec sa famille au Canada.

Akbar Shinwari a déclaré à CTV National News qu’il se trouvait dans un centre d’évacuation à Doha, la capitale du Qatar, depuis le mois dernier après avoir été secouru par l’ambassadeur du Qatar sur le terrain en Afghanistan.

“C’était lui qui aidait les autres, moi y compris,” expliqua Shinwari.

Il a déclaré que l’ambassadeur du Qatar avait aidé à secourir environ 150 membres de la communauté de la presse à Kaboul, ainsi que leurs familles, en les conduisant à l’aéroport dans un convoi de bus.

“Il portait des vêtements locaux avec un chapeau local et parlait aux talibans à plusieurs postes de contrôle”, a déclaré Shinwari.

Il a dit que le trajet avait duré environ 45 minutes, mais il a commencé à se détendre une fois qu’ils ont atteint l’ancienne zone verte de Kaboul.

Shinwari a déclaré avoir qualifié l’ambassadeur d'”ange de la vie” pour les aider à s’échapper.

“C’est lui qui nous a sauvé la vie non seulement la mienne, celle de nos familles et de tous les autres, car la sécurité n’était pas là. S’il ne conduisait pas le convoi… oubliez d’aller à l’aéroport”, a-t-il ajouté. dit Shinwari.

Shinwari, qui a déjà travaillé pour le gouvernement canadien et la presse canadienne, attend au Qatar avec sa famille de venir au Canada afin qu’ils puissent être avec leurs proches.

“Ma tante est là-bas et j’y ai aussi certains de mes amis des médias, et ils sont très heureux. Ils sont très bien traités. J’attends avec impatience un voyage là-bas”, a-t-il déclaré.

READ  Une vidéo virale montre un crocodile géant mangeant un crocodile plus petit : "C'est un dinosaure étrange"

Cependant, Shinwari a déclaré s’il était difficile de quitter leur vie en Afghanistan et de voir le pays se détériorer sous le régime taliban.

“C’était vraiment douloureux parce que toutes ces réalisations que nous avons eues au cours des 20 dernières années sont perdues”, a-t-il déclaré. “Le système éducatif, la banque, le progrès, les droits des femmes, tous les droits que nous avions.”

Shinwari a dit qu’il comprend que la transition vers une nouvelle vie au Canada sera confrontée à des défis, mais il espère qu’il y aura des opportunités pour tous les Afghans venant au pays.

Il a ajouté qu’il était très impatient de renvoyer ses filles à l’école, qui étudiaient auparavant à l’université de Kaboul.

« Ils auront un avenir meilleur et pourraient à l’avenir être très bénéfiques pour le Canada ainsi que pour l’Afghanistan », a déclaré Shinwari.

Avec des fichiers de Brooklyn Neustaeter de CTVNews.ca